30

Gilets jaunes et sans culottes

Le New York Times faisait remarquer« Il n’y a pas eu de symbole de révolte vestimentaire aussi efficace depuis que les sans culottes se sont saisis de leur pantalon pour se démarquer de l’aristocratie française ».

Avec les gilets jaunes, les français ont renoué avec leurs vieux démons : depuis 1789, c’est dans la rue qu’ils expriment leur mécontentement. Longue est la liste depuis la Révolution française des insurrections : journées de juin 1848 (entre 3000 et 5000morts du côté des insurgés auxquels il faut ajouter 1500 fusillés sans jugement) ; 1871, la Commune de Paris (6 000 à 7 500 morts, dont environ 1 400 fusillés). De l’épisode du front Populaire en 1936 on retiendra plutôt les grèves joyeuses. La manifestation du 24 mai 1936 qui avait rassemblé 600 000 participants, brandissant des drapeaux rouges et chantant des hymnes révolutionnaires, n’avait entraîné d’effusion de sang. N’oublions pas les grèves insurrectionnelles de novembre 1947, les plus sanglantes depuis la Commune. Enfin mai 68, dont l’histoire n’a retenu que 2 victimes.

Notre tradition historique veut que nous contestions dans la rue plus ou moins violemment le pouvoir en place. Un haut fonctionnaire britannique remarquait malicieusement « Chez nous, ça fait trois ans qu’on se déchire de manière parfaitement civilisée autour du Brexit, chez vous vous en France, il suffit d’une hausse d’impôt et hop, le pays est à feu et à sang ».

Cette fois-ci la révolte a éclaté dans un contexte bien particulier. Celui du profond bouleversement du paysage politique qui a accompagné l’élection d’Emmanuel Macron. Pour l’excellent analyste politique Alain Duhamel :« La phase que traverse actuellement la société politique française est sans précédent depuis au moins la période convulsive de la Libération, peut-être même depuis les débuts chaotiques de la IIIe République : en 2018, notre société politique est devenue littéralement liquide. Elle est déstructurée, déstabilisée, déracinée. Elle a perdu ses amarres. »

…Elle a perdu ses amarres, et elle a perdu sa crédibilité. La classe politique n’a jamais été aussi déconsidérée. Le président de la République d’abord, certes chaque président a connu pareille épreuve, mais il s’agissait d’une sorte de désamour, à l’encontre de Macron c’est une détestation sans précédent. Détestation qui touche tous les élus. Les récents évènements l’attestent : des permanences de députés sont mises à sac, des élus reçoivent dans leur courrier des balles ou des petits cercueils. Des manifestants exhibent des simulacres de guillotine.

Pourquoi notre pays traverse-t-il, plus souvent que la plupart de nos voisins européens, de tels épisodes convulsifs ? Centralisme et dirigisme administratif résument sans doute le mal français.Et puis il y a notre régime présidentiel, et les relations passionnelles que nous entretenons avec notre président. Les gilets jaunes ont présidentialisé la crise. Dans notre monarchie républicaine, le peuple est versatile, il commence par aimer son roi et lui coupe ensuite la tête. Pourquoi cette incapacité française à mettre en place une démocratie paisible. « LeFrançais ne comprend pas la liberté mais il en a besoin » disait déjà Mirabeau en 1789.

Il manque à notre pays des instances, des règles capables de faire éclore un débat apaisé et serein à distance des idéologies. Ainsi comme le faisait remarquer mon collègue blogueur Gérard Maudrux « En Suisse, il n’y a pas besoin de descendre dans la rue quand on n’est pas content : on provoque une votation, sur tout, même sur rien, mais tout le monde peut s’exprimer. »

C’est précisément ce que réclament les gilets jaunes.  À Bordeaux, à Paris, à Nice, à Montpellier, les manifestants qui participaient à l’acte V de la mobilisation citoyenne étaient nombreux à brandir des pancartes frappées de 3 lettres « RIC », référendum d’initiative populaire. Ce qu’expriment les gilets jaunes c’est le désir d’une démocratie plus directe, plus vivante, plus continue.

Les revendications des gilets jaunes sont multiples parfois contradictoires mais elles ont pour dénominateur commun, l’exécration des politiques. Et l’on peut se demander si cette disqualification des politiques n’est l’occasion d’un retour du politique, dans son sens le plus noble.

Laurent Vercoustre

30 Commentaires

  1. Le modèle suisse de démocratie directe n’est absolument pas applicable au peuple français du fait d’une différence fondamentale de mentalité. Un suisse ,après une votation contraire à son opinion l’accepte se pliant ainsi à la loi de la majorité. Je parie qu’ un français après un référendum d’ initiative populaire contraire à son vote ira tout de même dans la rue ou se mettra en grève .De même s’il peut destituer un président élu par référendum, il en changera tous les 6 mois comme ce fût le cas pour les présidents du conseil de la troisième république. Pourquoi :parce que les français sont toujours insatisfaits ,envieux de ceux qui réussissent et imbus d’eux mêmes.
    Or un pays qui veut réussir doit faire preuve de stabilité politique et non pas d’un changement de cap radical après chaque élection où par ailleurs on a pas voté pour un candidat mais contre un autre comme cela fût le cas lors les deux derniers sufrages.
    La demande des gilets jaune de référendum populaire est inapplicable pour un peuple qui n’accepte pas les règles élémentaires de la démocratie.

        • Si les bobos et nantis qui ont courageusement effectué leurs derniers achats festifs sur le Champs Elysées ce dernier Samedi sans au moins réagir avec indignation lorsque « la Force Publique » défigurait à coups de flaschballs et de grenades lacrymogènes les quelques groupes de Gilets Jaunes qui avaient pu échapper aux filtrages ou plus exactement aux atteintes à la libre circulation des personnes « armées » d’un gilet jaune, alors oui il y aura du monde .
          Gageons que les « Autorités » seront aussi réactives la nuit du 31 décembre lorsque les hordes de casseurs brûleront et casseront par centaines comme toutes les années les véhicules dans les banlieues.
          Ah oui, c’est vrai, la « transition écologique » permise par les aides permettront aux malheureuses victimes de ces actes, d’acheter un véhicule électrique ou en tous cas non polluant. C’est connu, une famille vivant d’un salaire au SMIG « amélioré » n’aura aucune difficulté.
          Bonne année quand même.

          • Au fait, avez vous vu UN SEUL article dans presse ou reportage dans les médias concernant les casses de fin d’années. Ca se comptait par centaines de véhicules brûlés , les assureurs en avaient les larmes à l’œil!
            cette année rien ! Ont ils brûlé leur quotas sur les Champs Elysées ???

    • Je ne suis pas d’accord avec vous. Vous l’avez dit vous-même :  » on a pas voté pour un candidat mais contre un autre comme cela fût le cas lors les deux derniers suffrages . » Ce n’est pas ça la démocratie le scrutin uninominal majoritaire à deux tours est une perversion de la démocratie.
      Il a permis d’accéder au second tour à deux candidats, même s’ils ne réunissent pas, ensemble, la majorité des suffrages exprimés. C’est ce qu’il s’est produit aux élections présidentielles de 1995, de 2002 et de 2017, annihilant totalement le choix du premier tour de plus de la moitié des électeurs.
      A mon sens, et je ne suis pas le seul à le penser, l’élection à la proportionnelle est la seule démocratique, elle permettrait à certains candidats de faire une alliance sur un PROGRAMME qui éventuellement se ressemble et pas sur la bonne figure d’un candidat sans réel programme au baratin inconsistant mais décidé à appliquer envers toute raison des « réformes » ou des diktats personnels sans tenir compte des aspirations de la vraie majorité citoyenne.
      C’est dans ce sens qu’un R.I.C est utile lorsque le programme établi de manière péremptoire, sans concertation réelle avec le citoyen et avec une « majorité » de parlementaires à la botte, part à la catastrophe .
      Je l’ai déjà dit; un député c’est fait pour transmettre le aspirations de citoyens électeurs, proposer des lois en conséquences qu’un Président qu’il soit « Jupitérien » comme le présent ou comme un simple président du conseil se doit d’appliquer. Un pays comme la France n’est pas un jouet qu’on manipule à souhait ou une banque imposant ses conceptions de gestions destinées à engranger du profit. Il y a des être humains qui ont le droit d’être considérés et de pouvoir vivre décemment.
      Et croyez vous que le Français soient plus stupides que les Suisses ? Cela se passe très bien chez eux et s’il y a quelque chose qui ne leur convient pas, ils ont la possibilité de le dire et de sanctionner. Nous, non.

  2. Laurent,
    Ton billet sur le mouvement des gilets jaunes dans notre démocratie a mobilise ton lectorat !!
    Bonnes fêtes de fin d’année
    Jacques

  3. « LeFrançais ne comprend pas la liberté mais il en a besoin » disait déjà Mirabeau en 1789.
    à mon avis, si le Français moyen ne comprend pas la liberté dont il a besoin, c’est qu’il veut y faire l’économie de la responsabilité personnelle envers soi-même et envers autrui qui est la face cachée mais le moteur indispensable de ladite « liberté »;
    et c’est cette impasse qu’ont voulu cautionner et cultiver tous les meneurs politiques français de tous bords, dans leurs actions comme dans leurs discours depuis plus de 75 ans;
    et c’est devant l’ombre de cette impérative responsabilité individuelle que trébuchent ou reculent encore les meneurs des GJ qui aimeraient bien proroger encore un peu de temps l’illusion d’une « dignité d’un peuple libre » en le dispensant des charges individuelles de la responsabilité citoyenne qui sera pourtant le moteur d’une prochaine république;
    La représentation a en effet épuisé tous les subterfuges de son imposture, mais l’effrayante évidence d’un devoir citoyen personnel responsable fait encore reculer les bonnes volontés récemment émergées du mouvement GJ, et fait vomir tous les profiteurs du régime représentatif qui y perdraient rien moins que leur légitimité et leur fonds de commerce:
    – irresponsables politiques de tous niveaux du mille-feuille technocrasseux,
    – médias aux ordres au besoin promoteurs de désordres,
    – syndicats-courroies de transmission du pouvoir en place, et
    – le millions d’assistés qui subsistaient jusqu’à il y a peu bien à l’abri des « collectifs solidaires »;
    Quel que soit le montant de la cagnotte réellement disponible pour solvabiliser l’initiative publique « providentielle », la seule façon de mettre un terme aux revendications de rue sera d’instaurer un compte individuel d’épargne sociale et sanitaire qui comprendra
    – 1) un revenu minimum décent d’activité (publique au minimum ou privée pour les plus autonomes et entreprenants): le fameux revenu universel ne saurait en effet que répondre à une activité minimale fournie par l’Etat à tout citoyen
    – temporairement dépourvu d’activité personnelle privée, par perte d’emploi ou de contrat ou par incapacité physique, ou
    – durablement par invalidité maladive ou canonique (âge de la retraite);
    – 2) une épargne sanitaire apte à financer le choix de prévention et d’entretien de sa santé, et des soins de dépannage en cas de panne maladive jusqu’à un certain degré de gravité ou de chronicité;
    L’Etat « providence » aura toujours tout loisir d’intervenir en cas de dépassement budgétaire individuel de ce compte-épargne pour cause d’incapacité gravement prolongée, garantissant à chaque citoyen un soin à deux vitesses par une secourable garantie « complémentaire » sur laquelle nos prétendus responsables politiques experts aurait dû dès l’origine d’une « sécurité sociale » concentrer l’action « publique », au lieu d’en émietter la distribution à la myriade d’assurances et mutuelles qui se disputent aujourd’hui le monstrueux marché de l’Assurance-Maladie trop bien nommée;
    Et on verra alors défiler dans la rue tous les privilégiés du système actuel bien mécontents de rogner sur leurs avantages catégoriels et personnels pour devoir partager et alimenter une solidarité équitable et durable . . . mais honte sur eux aux premiers cris et aux premières banderolles . . .

    • Oui François Cordier.
      La névrose française, comme toute névrose porte les figures de sa division : la figure de la victime, s’équilibre avec les figures du persécuteur et du sauveur..
      Les politiques de tous bords ont hissé haut l’état Providence comme le Sauveur… Il est donc logique que son chef soit désigné comme le Persécuteur….
      Pour accéder à l’individuation, chaque individu se libéré de sa position victimaire archaïque qu’en interiorisant sa part de responsabilité….
      Vos propositions sur l’organisation des assurances sociales va dans le sens de ce que propose Frédéric Bizard, prof d’économie à Sciences Politiques Paris.

      La lecture sociologique prédominante doit laissé place à une lecture plus psychologique ou spirituelle de la trajectoire individuelle.

      De nombreux auteurs contemporains nous y invitent comme Jo Spiegel, Pablo Sevigne, Corinne Pelluchon…

  4. Tout le monde est d’accord que la dépense publique est comme le tonneau des Danaïdes sans fond ..Les sans culottes de 1789 , ont mis un terme à un monarque qui prétendait prélever 10 % des revenus pour financer ses guerres ; depuis on se targue d’être une démocratie et on donne des leçons à l’étranger sur ce thème , quant au lieu d’un monarque on en a des des centaines de milliers , qui s’appellent des élus des territoriaux de toutes les administrations qui pompent 90 % des revenus sous forme de toutes les taxes et impôts pour leurs propres rémunérations et avantages ..
    Par conséquent il est évident que les politiques et élus ne peuvent plus représenter quiconque et même oser faire des propositions quand la seule proposition concrète c’est la démission collective de tout l’appareil mis en place depuis 50 ans et redonner une cohérence à ce qui serait la démocratie réelle ; ici une seule proposition freinera les velléités de se faire élire pour engranger : le candidat à quelque poste que ce soit ( on peut dégraisser l’Assemblée nationale des trois quart et supprimer le Sénat ) garde son emploi et son salaire au moment de son élection et ne touchera que des « jetons « de présence aux Assemblées avec justificatifs
    de frais…les travaux dits parlementaires en dehors des séances payés sur validation de leur intérêt ..et ainsi pour tous les postes d’élus et territoriaux
    Résultat : on n’aura pas besoin de « dégraisser le mammouth  » , il se dégraissera tout seul , pas besoin de retirer de la dépense publique des services de l’Etat car les milliards repris aux élus avec leurs privilèges seront suffisants pour financer dix fois les VRAIES DÉPENSES PUBLIQUES avec un nouveau statut de fonctionnaires calqué sur le privé : plus de sécurisation de l’emploi , le fonctionnaire répond des mêmes conditions d’embauche et de licenciement qu’un salarié du privé..faites un calcul rapide prévisionnel , c’est vertigineux en prévisionnel d’économies en milliards d’euros du jour au lendemain..We have this dream !

  5. L’identité française
    Et si c’était cela l’identité française
    Pendre celui qu’on vient d’élire largement
    La liberté, c’est difficile puisqu’ il faut choisir . Il faut donc éliminer des possibles pour en choisir un. Et on ne peut pas avoir plus de dépenses publiques et moins de taxes.On ne peut pas faire la révolution écologique et ne pas trop changer ses habitudes .etc etc

    • Macron n’a pas été élu largement, il a été élu par seulement les 24% qui ont voté pour lui au 1er tour, et ensuite par défaut, et nombreuses abstentions, l’élection ayant été volée aux Français par une cabale tombée par hasard au bon moment. Il n’est pas représentatif de la France, et en outre veut donner des leçons à tout le monde. IL EST GRILLÉ………..

  6. Il y a disqualification de la politique parce que, justement, il n’y a plus d’hommes politiques. Un homme politique est censé se soucier de la vie de ses concitoyens. Il devrait remplir une mission temporaire au service des autres et non pas se faire une carrière lucrative et interminable, à nos frais, comme c’est le cas actuellement (à quelques exceptions près très peu visibles). Les gilets jaunes et les autres, dont je suis, ne détestent pas les hommes politiques, ils détestent les hommes qui ne remplissent pas leur mission, ce qui n’est pas tout à fait pareil. Tel Diogène nous cherchons un homme… politique. Mais il n’y a personne et aucune réponse alors que l’heure est grave et que les plus démunis sont en difficulté. Il y a donc largement de quoi se mettre en colère.

    • Je suis entièrement d’accord avec vous et je suis aussi Gilet Jaune, moins actif, en outre vu mon ancienne profession qui m’interdit de prendre parti, je sais reconnaitre les manipulations : C’est actuellement ce qui se passe dans les médias relayant hypocrisies des gouvernants ou des « Fakenews ». Et j’ai horreur des manipulations. Un exemple probable :
      https://www.20minutes.fr/high-tech/2402355-20181223-video-gilets-jaunes-journaliste-20-minutes-temoin-scene-antisemite-metro-enquete-ouverte
      On attendra la fin de l’enquête mais je trouve curieux que ce « journaliste » qui devait avoir son smartphone ou autre phone avec lui, n’ait filmé ou enregistré au moins la scène, eux si prompt à mettre en avant leurs reportages ou à réclamer de la part des témoins d’évènements des vidéos.
      On attendra la fin de l’enquête qui risque bien de tarder … pour juger de son « courage » à intervenir -quoi que si l’évènement était réel on comprend son inertie – mais en attendant , sans attendre la fin de l’enquête , le porte – parole à la langue bien pendue en a fait était pour discréditer les Gilets Jaunes !
      Et ce n’est pas tout : Le premier « Sinistre » dont j’ai déja parlé a reçu et félicité les Motards de la Police agressés par les Gilets jaune … sauf que la scène qui a été filmée en entier par un GJ et repris par les médias est maintenant ronquée du début où l’on voit un les motards s’avancer seul jusqu’au milieu de l’avenue – recevoir aucun projectile sinon il n’aurait pas pu- pour lancer une grande sur les manifestants qui marchaient sans violence sur le trottoir et un peu sur la chaussée, puis partir en courant vers ses collègues et s’enfuir, par malchance sa moto est tombée panne ! Si je n’approuve pas les scènes de violences qui ont suivi, j’arrive à comprendre la réaction des manifestants et ce Policier devrait avoir honte de leur provocation au désordre et être poursuivi pour voies de faits avec arme par dépositaire de l’autorité publique en vue de provoquer une émeute ..; mais bien sût il a agit sur ordre, il ne connait sans doute pas « les baïonnettes intelligentes » et soit disant dans un cadre légal…
      « Interrogée à propos de cet événement, la préfecture de police de Paris n’a pas répondu à nos questions. «On considère que l’on est face à des violences urbaines et non plus une manifestation traditionnelle», expliquait récemment à Libération un haut gradé de la préfecture pour justifier cette nouvelle méthode. La scène des Champs-Elysées résonne désormais comme un avertissement pour les autorités. »
      Marre des manips, indignez vous !!!

  7. La Démocratie , pour être bien vécue, doit l’être avec des citoyens éduqués, instruits en particulier de ce qu’est l’exercice du pouvoir afin de ne pas sombrer dans l’utopisme béat et stérile (ce qui semble être la pente prise). Le seul moyen d’instruire ainsi est le tirage au sort pour les mandat municipaux, premier degré de la citoyenneté dans notre république. Ainsi chaque citoyent, quand il aura vécu un mandat, pourra valablement juger du mandat des autres même d’un autre échelon (régional ou national ou européen). Tout le reste n’est que billevesées: « …c’est par la porte étroite de l’utopie que nous entrerons dans une humanité plus bienveillante… » A. Gide.

  8. Faut-il rappeler que le premier référendum d’initiative populaire s’appelle le vote ! Nous sommes dans un monde d' »adulescents » = je ne veux pas voter, je veux pas dialogue, je ne veux pas qu’on me représente mais je veux tout tout de suite et que ceux que je n’aime pas « dégage ». Les mécontents doivent démocratiquement +++ s’engager dans le monde représentatif et pas que dans « la rue ». Ils ne sont pas le mais un des « peuple » (on évalue à 16% les gilets jaunes, les 21% qui soutiennent encore l’action gouvernementale sont tout aussi légitimement un peuple français) dans la « rue » se rapproche trop du fascisme et de ses méthodes (« j’ai raison et je ne veux pas dialoguer »). Nous nageons en pleine irresponsabilité caractérisée par ce court-termisme et ce dégagisme. Un peu de responsabilité et de recul d’analyse dans cette société liquide actuelle serait bienvenue. Dans les pays où il n’y a pas assez de politique, cela s’appelle une dictature. Est-ce vraiment ce qui nous voulons ?

  9. Bonne analyse dans votre billet, mais où avez vous vu que des permanences de députés ont été mis à sac? Des Balles dans des cercueils, mais cela arrive bien d’autres dois ( ce n’est pas excusable), des manifestants exhibent des simulacres de guillotine, mais c’est la langue de la plupart des commentateurs qu’on devrait couper comme celle du lèche bottes habituel à « l’écharpe rouge »‘ et celles des journalistes tous formatés à l’identique sur des chaines TV à la botte (FR3 qui manipule un panneau de manifestant hostile à Macron et dont les présentateurs coupent systématiquement la parole aux Gilets Jaunes invités dès que ça devient gênant, des Députés le LaREM bien lisses et pomponnés qui répètent à l’unisson ( souvent des Avocats/tes) à la logorrhée tellement persifleuse que cela en est dégoûtant. (Vu sur Fècesdebouc 5 ou 6 de ce brillants spécimen qui récitaient leur leçon tel qu’on aurait plus en faire une chorale…) et tout ça par peur de se faire virer ( ça paye bien député) aux prochaines élections ! Je viens d’en voir un à la TV un Rouyé qui affirmait sans honte une véritable « Fakenew » relayé par les médias selon laquelle le GJ Eric Drouet « celui qui voulait entrer à l’ Elysée » ( crime de lèse majesté) avait été arrêté par les CRS dans la manifestation de ce jour à paris avec « une arme par destination » alors qu’il avait été filmé en direct vidéo sur ce relais du net par un autre manifestant qui précisait que celui-ci avait laissé ses papiers, ses clefs de voiture à sa copine et qu’il n’avait rien d’autre sur lu à part son gilet jaune, en outre il a été roué de coups d’entrée !!! Vu en direct. Ou sont les relais médias ?
    Par ailleurs, nos élus, députés ou sénateurs sont les représentants de la Nation et participent à l’expression de la volonté générale. Ils sont également, de fait, représentants dans l’hémicycle de leur circonscription, chargé de se faire l’écho des préoccupations propres à leurs territoires. Ils n’ont pas à dévoyer ce pourquoi ils ont été élus.
    C’est le rôle des Préfets de faire remonter des informations aux gouvernement qui les charge d’appliquer ses décisions; Alors, ce n’est pas leur rôle de faire les perroquets savants ou non!
    Il ne vous aura pas échappé que leur parti « LaREM » est fait l’acronyme de « La République Emmanuel Macron » ce qui convient mieux à la mégalomanie du personnage surnommé « Jupiter » ou « Napoléon IV » …pourquoi en « Marche » d’ailleurs ? Y a t-il un véritable chemin ? Selon Saint Augustin, un chemin n’existe que si l’on marche …à condition de ne pas trébucher s’il est trop tortueux.
    Sans doute grâce à ça on aura une autre Marianne et effigie de la République comme celle-ci :
    https://www.msn.com/fr-fr/news/france/une-femme-a-t-elle-perdu-un-oeil-lors-de-la-manifestation-des-gilets-jaunes-c3-a0-paris-le-8-d-c3-a9cembre/ar-BBQGcDM
    J’ai vu la photo du visage sur Facebook après les soins … pas joli, elle à semble t-il perdu un œil est en tous cas elle est défigurée à vie. La vidéo originale la montrait les bras en l’air, les mains vides face aux « Forces du désordre » comme je les appelle maintenant…lorsqu’elle à été blessée par un tir de Flashball.  » La Boétie, Discours sur la servitude volontaire, centré sur « la pyramide de l’esclavage »…
    La bête immonde, en effet, a toujours su – et sait toujours – que si misérable que soit votre position sociale, il est toujours possible de se rattraper en exerçant sur plus misérable que soi les miettes de pouvoir que vous consentent les Puissants de l’époque. » C’est ce qui se passe avec toute l’échelle de « l’autorité publique » en commençant par le premier « Sinistre » ancien joueur de Poker avec les voyous, ses Préfets et l’organigramme des forces de l’ordre.
    Selon DOCMARCO,  » ..depuis Juppé, la France est en faillite » … mais elle était déjà bien avant, depuis la « Loi Rothchild » mise en place par POMPIDOU, ancien directeur général de cette banque qui a livré notre pays et toute l »Europe aux mains avides des banquiers et notre banquier Président en est une autre émanation. Conf ce lien pour ceux qui ne connaissent pas :
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/213182-dette-publique-et-loi-rothschild-le-silence-des-medias.html
    Vu ce matin à la TV, elle est 2322 milliards d’€ actuellement !
    @ MARIE JO DZULA :  » Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin! » Ecclésiaste. La France n’est pas un hochet ni un yoyo entre les mains d’un enfant ! Le « personnage » n’est pas intelligent car il aurait compris qu’on manoeuvre plus les citoyens comme autrefois avec le net : tout ou à peu près, se sait. Il est juste ambitieux et flagorneur, digne représentant de la société du spectacle l’Europe aussi remue .. en jaune.
    Bon j’ai été un peu long mais ça soulage.
    Joyeux Noël quand même.

    • Il ne faut pas se méprendre sur la signification de la dette publique. La dette publique a pour fonction de créer de la monnaie, autrefois, avant 1973 c’était la Banque de France qui insufflait de la monnaie dans les circuits financiers quand c’était nécessaire, elle le faisait sans intérêt, aujourd’hui le drame c’est en effet qu’aujourd’hui on emprunte aux banques privées et que le coût de ces emprunts du fait des intérêts est devenu exorbitant.

  10. J’aime bien le britannique qui se vante d’appartenir à une nation « parfaitement civilisée » alors celle-ci a inventé l’esclavage pour les irlandais, la déportation et les camps de concentration pour les Boers…

  11. Vous avez l’air de soutenir les suisses qui votent pour un oui ou pour un non. Il faut donc demander aux français: Etes vous d’accord pour que l’on augmente les taxes et les impôts? Ou alors préférez vous que l’on augmente le Smic et les allocations diverses? Pas besoin d’un vote, je connais les réponses. La détestation de Macron est pour moi un grand mystère. J’ai vite détesté Sarkozy et Hollande. Mais l’admiration que j’ai pour Macron depuis son élection, est restée intacte, y compris ces dernières semaines. Les commentaires de Hollande sur Macron ont accentué mon rejet du premier. Par contre les propos récents de Sarkozy m’ont paru très constructifs et, à mon humble avis, ont redoré le blason de ce dernier.

  12. notre problème de popularité des elus vient surtout du fait que nous avons pendant trente ans depensé un argent que nous n’avions pas
    et maintenant que nous devons rembourser, aucun politique ne peut donner autant que ses predecesseurs..depuis juppé, la france est en faillite

  13. le nombre de morts de la Commune de paris est largement sous estimé. Relisez les témoins ( ils sont nombreux a avoir témoigner !) de leur temps plutôt que les négationnistes de l’histoire genre Tombs .

  14. Nos politiques n’ont que ce qu’ils ont eux-mêmes initié à travers les tripatouillages de la constitution de la V°.
    Cette constitution, certes faite pour de Véritables Hommes d’Etat (et De Gaulle le premier), prévoyait des élections législatives qui immanquablement tombaient en cours de mandat présidentiel du fait de l’alternance 7, 5, des élections présidentielles et législatives. Mais la cohabitation n’ayant pas fait le bonheur de nos médiocres politiciens, ils se sont dit que tout grouper sur 5 ans leur permettrait d’avoir la paix…
    Résultat (et cela risque de se poursuivre quand on voit les errements actuels du pouvoir en place face aux demandes populaires) ils ont mis le feu et risquent de favoriser une guerre civile puisqu’ils ont dégoûté le Peuple de l’expression électorale !

  15. Excellente réflexion sur les gilets jaunes. Que nous allons dans la quelques mois revoir, encore plus révoltés car Macron leur a menti sur les 100€. Sur d’autres promesses, on assiste déjà au rétropédalage du gouvernement. Il devient vraiment impossible de cautionner notre Président. Un retour du politique effectivement s’impose.

  16. Je pense comme vous, il y a trop longtemps que les politiques pensent pour nous, sous prétexte qu’on a voté mais quand on voit les scores.
    L’idée suisse est intéressante.
    Je n’aime pas le personnage Macron, mais je pense qu’il est suffisamment intelligent pour contenir cette rébellion, de s’y adapter et de faire évoluer le pays.
    C’est un peu comme un enfant qui découvre le monde d’adultes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.