80

Covid-19 : des vaccins à haut risque

« Nous avons appris beaucoup de choses sur la vaccination de masse, et s’il y a bien une chose plus dangereuse qu’un mauvais virus, c’est un mauvais vaccin ». 

Dr Mike Ryan, OMS.

Début imminent de la vaccination contre le Covid-19 : fin décembre pour les anglais, courant janvier pour nous. Pfiser-BioNtech a gagné la course. Avec ce nouveau vaccin qui fait appel à la génétique, Pfizer inaugure une nouvelle ère de la vaccinologie. D’autres « vaccins génétiques » seront bientôt commercialisés. Ils ont en commun de faire fabriquer par nos cellules l’antigène de la protéine de spicule. Pfizer et Moderna ont recours à l’ARN messager dont il réalise la synthèse. Astra Zeneca, Johnson et Johnson et le vaccin russe Spoutnik se servent d’adénovirus recombinants. C’est l’ADN cette fois-ci qui commande la fabrication de l’antigène du spicule.

Que sait-on de ces vaccins bricolés en quelques mois ? Les seules informations disponibles, nous les tenons de communiqués de presse ou de communiqués boursiers divulgués par les fabricants eux-mêmes. Il n’y a pas encore eu de publication détaillée dans une revue scientifique, avec une relecture des pairs, même si Moderna a livré davantage de données que ses concurrents. 

Tout a été fait pour accélérer la commercialisation de ces vaccins présumés nous débarrasser du Covid-19. L’union Européenne s’est employée à supprimer tous les obstacles qui pourraient retarder leur mise sur le marché. C’est ainsi que le règlement 2020/1043, adopté cet été par le parlement européen, permet aux producteurs de vaccins anti-Covid19 « génétiques » de se passer d’une étude d’impact environnemental et de biosécurité́ avant le démarrage des essais cliniques. Le texte, publié le 17 juillet, a été adopté au parlement européen selon une procédure d’urgence, sans amendements, ni débats. 

Six associations [1] ont réagi et ont déposé́ devant la Cour de Justice de l’Union Européenne le 10 octobre dernier, un recours en annulation du règlement 2020/1043 sur les vaccins OGM anti-Covid. Voici la réaction de l’une d’entre elles. Selon l’avocat Robert F. Kennedy Jr[2] : « Les vaccins utilisant des organismes génétiquement modifiés peuvent avoir un impact sur l’environnement. D’autres vaccins envisagés pour le Covid 19, tels que les vaccins à ARNm, utilisent des nanoparticules pour introduire du matériel génétique dans nos cellules et programmer leur réponse. Contrairement aux vaccins que nous connaissons, ce mécanisme est une forme de « piratage » de notre fonctionnement génétique. Il s’agit d’une technologie expérimentale entièrement nouvelle, dont nous savons très peu de choses. Autoriser et poursuivre de telles expériences sans aucune évaluation et sans débat sur le risque à long terme qu’elles représentent pour notre santé est irresponsable et inconscient. »

Quel avenir nous réservent ces vaccins ? Un long fleuve tranquille et le triomphe de la génétique ou bien une succession de catastrophes sanitaires. On peut avoir quelques raisons d’inquiétude.

D’abord il faut dissiper un malentendu. Nos dirigeants sanitaires sont persuadés que ces vaccins peuvent interrompre la transmission du virus et ils recommandent la vaccination comme un geste altruiste. Rien n’est moins sûr. Pour atteindre ce but, il faut que le vaccin soit stérilisant. Cet objectif n’est pas envisagé dans les études. Astra Zeneca reconnait que son vaccin n’est pas stérilisant. Selon les virologistes « l’immunité stérilisante est exceptionnellement observée dans les viroses aigües. Le tractus respiratoire supérieur est classiquement décrit comme un « sanctuaire » viral où l’immunité est peu efficace. C’est bien pour cela qu’il n’y a pas de protection immunitaire solide ni de vaccin efficace contre les « rhumes ». Une immunité antivirale capable de bloquer le rhume et donc la contagion qui va avec n’a jamais été observé. »

Les études cliniques n’évaluent pas non plus le risque de VAED. La VAED (Vaccine Associated Enhanced Disease), c’est l’aggravation de la maladie par le vaccin. Les personnes qui se contaminent malgré la vaccination développeraient des formes sévères de COVID-19. Le risque de VAED augmente lorsque les taux sanguins d’anticorps neutralisants sont insuffisamment élevés, ce qui, pourrait advenir chez un pourcentage non négligeable de personnes vaccinées.

Autres risques insuffisamment évalués : 

-Le vaccin à ARNm BioNTech / Pfizer contient du polyéthylène glycol. 70% des personnes développent des anticorps contre cette substance – cela signifie que de nombreuses personnes peuvent développer des réactions allergiques, voire mortelles, à la vaccination.

– Les vaccinations produisent des anticorps contre les protéines de pointe du SARS-CoV-2. Cependant, les protéines de pointe contiennent également des protéines homologues à la syncytine, qui sont essentielles pour la formation du placenta chez les mammifères tels que les humains. Il doit être absolument exclu qu’un vaccin contre le SRAS-CoV-2 déclenche une réaction immunitaire contre la syncytine-1, sous peine de provoquer une infertilité de durée indéfinie chez les femmes vaccinées.

Enfin il y a les risques proprement génétiques. Les trois principaux sont :

–  Le risque d’apparition de virus recombinants.

Ce risque est indépendant du vecteur utilisé pour délivrer dans les cellules de l’hôte l’ADN, qu’il s’agisse d’un vecteur plasmidique, d’une nanoparticule ou d’un virus génétiquement modifié. Ce phénomène ne peut se produire que si du matériel génétique provenant d’au moins deux virus se retrouvent dans les mêmes cellules où ils échangent des séquences d’ADN. Ce qui est fort heureusement extrêmement rare dans la nature. Cependant la vaccination contre le Covid-19 sera une vaccination de masse à travers le monde entier. La probabilité que ce genre d’évènements survienne est donc loin d’être nulle. Une telle vaccination de masse avec ce type de vaccins pourrait devenir une fabrique à grande échelle de nouveaux virus recombinants. N’oublions pas qu’il suffit qu’un seul nouveau virus apparaisse quelque part dans le monde pour que les conséquences sanitaires, environnementales, sociales, soient mondiales et colossales…

– Le risque de mutagenèse insertionnelle (génotoxicité)

Il s’agit de l’incorporation dans notre génome d’une séquence apportée le vaccin, cette insertion pouvant inactiver ou modifier l’expression d’un ou plusieurs gènes. Ce risque de génotoxicité pour les cellules humaines cibles concerne donc les vaccins délivrant de l’ADN viral. Il peut également concerner les vaccins délivrant de l’ARN par le biais d’un vecteur viral. En effet, la transcriptase inverse virale peut alors convertir l’ARN délivré en ADN, lequel ira s’intégrer dans le génome des cellules cibles.

– Risques spécifiquement liées à l’utilisation de vecteurs viraux modifiés : l’immunotoxicité

De nombreux autres études ont montré des effets d’immunotoxicité de divers vecteurs viraux utilisés à des fins de thérapie génique ou de vaccination.

Les firmes pharmaceutiques dans leur folle course au profit ont entrainé la communauté médicale sur des chemins qu’elle risque bien de regretter un jour. D’éminentes personnalités comme le Britannique Mike Yeadon, ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, a lancé un appel à la suspension des études sur les vaccins SARS-CoV2. Le recours à des vaccins utilisant du matériel génétique viral pourrait bien nous réserver de mauvaises surprises. Les échecs de la thérapie génique depuis 35 ans auraient dû servir de leçon. La vaccination qui est une mesure préventive s’adressant à un nombre considérable d’individus en bonne santé n’autorise pas la moindre prise de risque. Pourtant les risques de ces « vaccins génétiques » sont bien réels. La propagation de nouveaux virus recombinants pourrait nous précipiter dans une crise sanitaire plus désastreuse encore que celle que nous vivons aujourd’hui.


[1] AIMSIB, Children’s Health Defense Europe, Coordination Médicale Santé Environnement  European Forum For Vaccine Vigilance , Ligue Nationale Pour la Liberté des Terra SOS Tenible.

[2] Président de Children’s Health Defense Europe.

Laurent Vercoustre

80 Commentaires

  1. Un article sur deux en faveur de cette vaccination cherchant à démontrer son innocuité et de l’autre coté ce genre d’article en proportions qui semblent assez égales.
    Difficile de savoir qui croire quant on est ingénieur en informatique et donc incompétent dans ce domaine. A qui se référer…Ce qui en ressort au final est que comme disait Socrate il semblerait bien que la seule certitude que nous ayons c’est que nous ne savons rien…

  2. BONJOUR,
    Merci pour cet article d’information.
    je suis française, résidente au Maroc, travaillant au sein d’un établissement AEFE; Nous avons reçu l’injonction de nous faire vacciner . Le vaccin concerné est celui d’ASTRAZENECCA.
    Outre le fait que se faire injecter des virus vivants n’est pas anodin, avez-vous des sources d’informations concernant les risques et effets secondaires.
    D’autre part, Mme Alexandra HENRION CAUDE a expliqué que l’Académie de médecine avait démontré que les vaccinés contre la grippe émettaient 6 fois plus de particules virales que les non vaccinés. Comment expliquez-vous cela? je n’ai pas trouvé la publication concernée par cette information.
    Je vous remercie par avance pour votre réponse

    • Mis à part un cas de myélite traverse en phase III de l’étude, ce vaccin semble bien toléré depuis que la vaccination a commencé. Mais il est vrai qu’on manque encore de recul sur ce vaccin qui fait du receveur un OGM ( organisme génétiquement modifié) puisque c’est un vaccin à ADN ( porté par un adénovirus )qui s’incorpore dans l’ADN du noyau. Je suis toutes les interventions d’Alexandra Henrion Caude sur You tube, je crois vraiment qu’on peut parler à son propos de complotiste et ce malgré son bagage universitaire. Elle s’oppose systématiquement à toutes les positions officielles…Je ne lui fait plus confiance.

  3. En tant que simple citoyen et dépourvu de connaissances médicales, je constate que les « docteurs » en tout genre et de toute nationalité ont des opinions fort divergentes sur le rapport « bénéfice/risque » des vaccins anti Covid19. Donc, et c’est ce que les autorités politiques ont compris, c’est que cette vaccination n’est pas obligatoire. Au demeurant, il faut éviter de mépriser ses compatriotes en pensant que tous ceux qui se font vacciner sont des minus habens incapables de comprendre qu’il enrichissent des Frankesteins financiers. Et puis une dernière observation: Si s’impose en Europe et plus généralement pour toutes les destinations touristiques un passeport sanitaire basé sur la vaccination que feront nos anti-vaccins assoiffés de sagesse orientale ?

    • Rendez-vous dans 2 à 5 ans !
      En attendant, on se passera de voyages, ce n’est pas la fin du monde.

  4. Bonjour , je suis intervenu sur la chaine you tube de
    Alexandra henrion Caude , voila mes propos :La chaine you tube d’AHC : https://www.youtube.com/watch?v=elgxsuQgaf4 :

    « Bravo pour votre argumentation , Ne vous découragez pas , la science bioéthique doit dominer la politique technocratique. Personnellement je déconseillerai le vaccin de thérapie génique , aux personnes en âge de Procréer .Les  » mutants variants  » sont apparus , mais le virus va encore muté , il entame son 2ème tour du monde départ 3ème trimestre 2019 nouveau départ 4 ème trimestre 2020 ( 500000 reconfinements récents à Pékin et pendant ce temps là 1 seul mort déclaré ? Que pensez vous de la grippe porcine qui est réapparue en chine, est ce qu’il y a un rapport avec le sras ? ou est ce simplement une grippe H1N1, sans rapport avec le sras ?car les visons et les chameaux ont bien été contaminés par le SRAS. Merci de répondre sur votre chaine you tube et bon courage, car .. le premier qui dit la vérité ….Guy Béart à déjà répondu. Docteur Chayette , médecin de prévention de collectivité territoriale Confraternellement. »

    il faut absolument éviter que la technocratie utilise certains scientifiques pour dicter des règles de dictature sanitaire pour se préserver de recours judiciaires à postériori.Il faut cesser de dresser les complotistes contre les rassuristes et et faire la synthèse entre les mesures liberticides pour essayer de ralentir le virus et la prévison de désatre économique .
    Si le traitement est assuré à temps par les médecins traitants ( DHQ, Ivermectine , Zythromax,) nous pourrions ralentir les hospitalisations avant que le vaccin ait produit ses effets thérapeutiques ?.et j’espère pas trop d’effets indésirables à long terme. A suivre

  5. Bonsoir , votre publication venant de m’être transmise je vous serais très reconnaissante en temps qu’allergologue de me préciser la source de ce nombre de 70°/° de personnes développant des anticorps contre le Polyéthylèneglycol très fortement suspecté d’être à la source des réactions anaphylactiques survenues jusqu’à présent après injection du vaccin Pfizer soit un cas sur 100000 aux Etats-Unis .Le polyéthylèneglycol donnant des allergies croisées avec le polysorbate 80 je vous saurais gré de me préciser si vous disposez d’informations à ce sujet .Je vous en remercie beaucoup d’avance et vous souhaite une excellente année 2021

  6. Bonjour Dr Vercoustre,
    J’aimerais comprendre si il s’agit d’arguments pour une protection environnementale ou d’arguments pour une protection humaine contre le covid-19 ?
    J’avoue être perdu car faire passer l’environnement avant l’humain n’est pas envisageable pour beaucoup…
    Que devient l’environnement sans l’humanité et vice versa ?
    Pourriez vous nous préciser réellement quels sont les véritables risques de se faire vacciner par un ARNm ?
    Quels risques ce vaccin ARNm as-t-il sur un jeune adulte handicapé ayant une maladie rare et grave ?
    J’attends avec impatience vos réponses et vous en remercie par avance 🙂

  7. Pour le monde des vaccins, mieux vaudrait aussi s’inspirer de la prudence et de l’expertise du docteur Marc Girard.

  8. Votre article n’est vraiment pas digne d’un scientifique et d’un professionnel de santé. Vous avez clairement une position anti-vaccin et vos arguments reposent sur des peurs infondées (modification du génome). Votre texte est maintenant cité par des antivax sur les réseaux sociaux. Au vu des données publiées dans la presse scientifique et les rapports d’agence sanitaire, les risques que vous soulevez sont inexistants voir impossible. Il serait honnête d’écrire un mea culpa vis à vis de cet article. Inspirez-vous du travail de la spilf qui a fait un excellent travail de vulgarisation scientifique.

      • Je vous remercie pour votre article! Je recherchais justement à ne découvrir justement que les inconvénients des vaccins Arn, c’est aussi un droit! Et sur le web, en première recherche que des articles d’adorateurs de vaccins ce qui fatigue à force et brime vrament la réflexion…articles malheureusement tombant vite dans l’idéologie vaccinale à outrance. Ces personnes demain iront nous convaincre que pour enlever une verrue où se faire opérer du cerveau, il faut obligatoirement en passer par un vaccin, évidemment solution la plus excessive pour tous, sinon c’est du complotisme anti religieux. Oui le vaccin est devenu la nouvelle religion à adorer pour certains et critiquer un minimum, c’est réveiller aussitôt les adorateurs conformistes de l’autorité vaccinale ! Alors super pour ce travail utile pour tous….

      • Le lien que vous avez fourni est un pré print non relu par les pairs. On ne peut donc pas être certain de la qualité de cette publication. La technologie du vaccin ARN a été utilisée pour d’autres virus et appliquée en médecine vétérinaire. Et il n’y a eu aucuns signalements d’atteintes du génome. Présenter ce risque qui n’est que théorique et très peu probable comme pouvant remettre en cause la balance bénéfice risque de ce vaccin n’est pas correct.

        • Merci pour votre réaction. J’ ai l’intention de faire mon prochain billet sur le vaccin Pfizer… et je crois que vous aurez à nouveau l’occasion de vous fâcher. Vos critiques me seront également précieuses.

      • Quelles sont les causes des échecs dans les essais de vaccin a arn depuis la dizaine d année qu on tente de les fabriquer ?

        • Les vaccins contre le Covid-19 sont les premiers vaccins à ARN messager à être mis sur le marché. je n’ai pas la notion d’échec dans les dix passé d’échec de ce type de vaccin.

        • bonjour ,ont par beaucoup du vaccin astrazeneca en ce moment et il semble que toute la stratégie française ce tourne vers lui , hors c’est un vaccin a adénovirus recombinant ce qui m’inquiète bien plus que la technologie de pfiser . Un billet sur le sujet serait très apprécié , est-ce au programme ?

    • Lyly bonjour,
      En quoi cet article n’est pas digne d’un scientifique ou d’un professionnel de santé ?
      Cessez les anathèmes, les croisades anti- ou pro-, et les procès à l’emporte pièce sous prétexte qu’il y a urgence, urgence, urgence… Cette panique virale n’a pas de sens. Ne faites pas comme les mauvais juges d’instruction qui partent bille en tête pour ou contre – là n’est pas la question. Instruire le dossier sine ira et studio, c’est de la bonne controverse scientifique, et les professionnels de santé ne forment pas un corps homogène. Selon que vous lisez Prescrire ou non, vous ne préscrirez pas tout à fait la même chose 😉

      Est-ce que vous voyez mieux avec les lunettes du Dr Velot ?
      https://www.youtube.com/watch?t=2166&v=tYwCxe9gvQY
      J’en connais plus d’un qui en bégaye encore….

      Bien à vous,
      Star Ok

      • La science n’est pas un débat d’opinions. On apporte les preuves de ce que l’on affirme via les publications scientifiques. Il y a beaucoup de données publiées sur ce vaccin maintenant. Ce n’est pas honnête de présenter des risques non démontrés comme réels et très probables.

        • Bonsoir Lyly,

          Vous avez raison, la science n’est pas un débat d’opinions, mais ce n’est pas non plus un bloc de Vérité tombé du ciel. Les preuves, comme vous dites, sont apportées et affirmées dans des publications scientifiques dont le comité de lecture, lorsqu’il existe, n’est pas neutre. Voyez The Lancet et sa publication indigne, puis retracted. https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31180-6/fulltext.
          Le mal était fait, hélas, au nom de la Science. Il y a beaucoup de biais de publication, dans les sciences et de guerre dans les sciences, et l’honnêteté des uns ou des autres n’est pas en cause.
          Tous les intérêts scientifiques ne sont pas désintéressés, loin s’en faut. D’où les conflits, dont le financier n’est pas le moindre. Dites-moi qui vous paye, à commencer par le plateau repas dans les congrès, et je vous dirai quel produit pharmaceutique emportera votre conviction, votre créance et votre raison la plus collégiale. Si vous êtes un leader d’opinion, vous serez une bonne cible.
          Le régime de vérité (véridiction et falsifiabilité) d’un énoncé se fait sur un tissu de controverses. Non sur Un Dogme de La Preuve, ou de La Science.
          Un peu d’épistémologie ne fait pas de mal, et jouer les Candide de La Science sous prétexte qu’il y a des Cassandre de tel ou tel vaccin, ne rend pas la vaccination meilleure, ni moins anodine,

          Bien cordialement,
          Star Ok.

    • La spilf n’a aucune expérience ni matériel de séquençage génétique. Ses avis ne reposent sur rien.

  9. ce vaccin ne vous met pas à l’abri de la maladie il la stérilise (selon leurs découvreurs ) mais chez les jeunes elle est naturellement stérilisée ( ou est le bénéfice risque !)Chez les plus de 85 ans il n’a pas été testé !
    Pour qui ce vaccin a-t-il été conçu ?
    C’est de la médecine à 2 balles !

  10. la covidomania me fait penser à la glyphosamania : le covid tue les vieux ( j’en fait partie; 82 ans ) le glyphosate tue les herbes ( je l’emploie depuis 40 ans) et tous nous allons compter  » les bouses en fin de foire  » rv dans 5 ans nous aurons les idées plus claires
    beaucoup de bruit pour rien!

  11. Merci pour le texte et les commentaires qui soulignent à quelques exceptions près qu’un débat avec pluralité d’opinions pourrait émerger, pour ma part je suis toujours extrêmement méfiant quand la forme du discours est péremptoire et violente… il m’apparaît clairement que depuis le début de la pandémie, la principale défaillance est l’émergence d’avis/opinions/partis pris n’ayant pas pour socle la réalité/les faits… comment expliquer les carences dans tous les domaines dans la collecte des informations factuelles… à l’heure ou n’importe quel GAFAM est capable de collecter à la seconde près l’ensemble des déplacements de chacun, de les croiser avec les recherches internet ou autres pour nous proposer des produits … comment expliquer les carences dans la collecte d’information des ehpad, y compris sur la mortalité…. pourquoi s’être privé dans les ehpad de tests post-mortem? comment expliquer que l’analyse des causes de contamination soit ridicule avec notamment une enquète sur les restaurants effectuée entre le 31 octobre et le 3 novembre…personne ne peut nier que la bataille de la collecte d’information est la mère des batailles, j’ai le sentiment que ce volet a été sabordé… la directive 2020/1043 va aussi dans le sens de la réduction du besoin de collecte d’information…. mais quand bien même l’information existe, si elle ne convient pas elle est détruite, éteinte, brouillée… je suis par exemple stupéfait de ne pas entendre d’interrogation sur le sujet suivant: la population prioritaire visée est celle des personnes à risque d’ehpad, 50% des décès sont les plus de 85 ans et dans l’étude phase 3 de Pfizer, il n’y a eu aucune inclusion de testeur ayant plus de 85 ans, ce qui revient à dire de manière factuelle que la décision de vaccination s’appuie sur ZERO information….

  12. Je vous suggère à tous de lire le rapport du mois d’Octobre 2020 du CRIIGEN sur les vaccins ayant recours aux techniques OGM, organisme indépendant sur le génie génétique.

      • Justement, le rapport est lamentable, vous auriez dû utiliser des sources plus crédibles. Son auteur, un généticien, se méfie des OGM, très bien, moi aussi.
        Mais les craintes qu’il exprime par rapport aux vaccins à ARN sont des hypothèses biaisées, il essaye d’imaginer le pire qui pourrait théoriquement se produire. Et même avec ça, il admet que ce serait « extrêmement rare dans la nature ». Ce qu’il oublie, car il ne réfléchit que par l’optique anti-OGM, c’est qu’une infection par un virus à ARN (coronavirus, rhinovirus, etc., etc.) a au moins autant de risque d’entraîner ces effets. L’ARN du virus Sars-CoV2 se ballade depuis un an et a infecté et tué des millions d’individus, le vaccin ne fait qu’utiliser une partie de cet ARN, je ne vois pas en quoi cela change la donne. C’est comme craindre une modification de notre génome à chaque fois qu’on attrape le rhume.
        Quant à vos interprétations, vous devriez rester prudent. Ce n’est pas un piratage de notre cellule, la traduction d’un ARNm est tout ce qu’il y a de plus naturel. Ce n’est pas expérimental, ni du bricolage, c’est une technologie étudiée depuis plus d’une décennie et testée également sur d’autres virus humains (CMV, zika) et animaux. C’est une réussite scientifique qui repose sur les progrès dans le domaine, que vous devriez étudier.

        • Dr Cimasoni,
          Bonjour,

          Merci pour votre lecture critique.
          « L’ARN du virus Sars-CoV2 se ballade depuis un an et a infecté et tué des millions d’individus, le vaccin ne fait qu’utiliser une partie de cet ARN, je ne vois pas en quoi cela change la donne. »
          Je ne suis pas apte à évaluer votre vision/vue réductionniste. Est-ce que vous voyez mieux avec les lunettes du Dr Velot ?
          https://www.youtube.com/watch?t=2166&v=tYwCxe9gvQY
          J’en connais plus d’un qui en bégaye encore ;-).

          Confraternellement,
          Star OK

  13. Ma question est peut être stupide, tant pis, je la pose quand même : Est ce que nos cellules auxquelles on aura fait en sorte, par l’injection d’ ARNm, qu’elles se parent de protéine Spike pour provoquer la production d’anticorps spécifiques, est ce que ces cellules ne s’exposent pas à devenir étrangères à notre organisme et provoquer quelque chose de similaire à une maladie auto-immune ?

  14. Ce laïus pseudo-scientifique s’appuie sur les informations que nous avions au moment où l’article a été écrit (le 6 décembre) et effectivement à cette date il n’y avait que des communiqués de presse, ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui puisqu’entre-temps les publications scientifiques détaillées sont arrivées, et sont tout à fait éclairantes et rassurantes ce qu’a parfaitement reconnu le professeur Caumes:
    https://www.lindependant.fr/2020/12/14/covid-19-on-craint-tous-une-reacceleration-du-virus-a-loccasion-des-fetes-de-noel-previent-le-professeur-eric-caumes-9256585.php
    Cet article dont on sent dès le départ la prise de position anti-vaccins « vaccins bricolés en quelques mois », alors que cette stratégie est à la pointe de la recherche, n’a d’autre intérêt que des servir la cause des complotistes.

    • Girardon
      Vous êtes payé combien pour dire que ce vaccin est tout à fait inoffensif ? Les preuves prouvant sa haute dangerosité sont pourtant très nombreuses émanant de sommités médicales.

      • Puisque c’est un complot on vous dit,c’est normal qu’il soit corrompu. Heureusement que vous êtes là pour veiller.

    • Tout à fait d’accord, bien dit. Dommage qu’un médecin se laisse aller aux dérives complotistes.

  15. Merci de la clarté, car à defaut d’être medecin, je suis ingenieur chimiste de formation et j’aime comprendre plutôt que d’acquieser bêtement. Le vaccin ne sera pas obligatoire, à voir car nous devenons habitué aux retournements de stratégie, suivant l’imperieuse nécessité blabla…

  16. Le texte est de qualité, comme les commentaires .
    Parmi ceux-ci, une idée avancée me plaît beaucoup : faire en sorte que les premiers vaccinés soient les membres du Gouvernement de la France, et de la Commission UE. Il est de leur devoir, en tant que chefs, de montrer l’exemple. Qui lance la pétition?

  17. Si je comprends bien on va continuer à vivre dangereusement, vacciné ou non…..le risque est là dès la naissance alors vivons et chacun son choix.

    • Ce qui est curieux , c est cette insistance continue sur les éventuels risques du vaccin (certes légitimes) mais l absence totale de reconnaissance de la dangerosité réelle du virus pour une bonne partie de la population (cad un risque mortel) . Cela manque de rigueur intellectuelle scientifique. Faut il oublier aussi la certitude de mettre en danger les soignants par les futurs malades non vaccinés et l aggravation de la pauvreté et de la détresse sociale liée aux conséquences économiques ? Qu on se mette sur un plan éthique , déontologique , humaniste et socio-économique , la position des anti vaccins apparaît irresponsable en terme de bénéfices risques.

      • Ce qui est désolant, c’est de s’obstiner a foncer dans le tout vaccin. vitamine C, D et zinc, associé a ivermectine en stade initial d’infection, ont montré leur efficacité. Pourquoi un collège de Médecins ne communiquent pas là dessus ?

  18. Question à un éventuel expert:
    Dans l’histoire de la vaccination,, y a-t-il eu ,en dehors de cas exceptionnels, isolés, ou douteux non démontrés, des complications massives avérées dues à des vaccins ?

    • Des complications massives avec les vaccins, il y en a beaucoup, série de cas narcolepsie après vaccination contre le virus de la grippe H1N1. La grande suspicion d’autisme en relation avec l’aluminium, nombreux cas de polio en Afrique après vaccination avec le vaccin vivant…Lisez les livres de Lorgeril…Vous y trouverez une documentation solidement étayée sur les complications des vaccins.

      • Delorgeril?celui la même qui réfute les effets CV du cholestérol et des statines ? Bonne référence….

        • Tout fait Lorgeril est le chef de fil des cholestero sceptiques en France. Lisez ses livres, regardez ses conférences sur You tube et l’émission d’Arte « Cholestérol le grand bleuf ».L’HAS est complètement revenu sur ses recommandations et sur la nécessité de faire baisser le LDL cholestérol..

        • Pourquoi vouloir faire vacciner tous le monde alors que ce virus a la même létalité que la grippe le problème c est qu on veut nous l imposer mes le virus et toujours là il ne disparaît pas avec le vaccin vous comprenez la manipulation de masse

    • Arrêtez de faire l’idiot en rafale! Encore aujourd’hui nous avons des victimes du vaccin contre H1N1 avec des souffrances et des crises de narcolepsie aiguë en France et en Europe, non toute indemnisées ! On peut en sortir à volonté de tels exemples… Cela fait même 30 ans qu’on cherche un vaccin contre le SIDA et on n’en trouvera jamais et pour cause et on arrive à soigner les malades à l’aide de trithérapie tout « simplement »! Si vous adorez les vaccins, prenez vos 10 litres le matin et arrêtez de faire l’âne. Plus on peut se passer de vaccins, désormais outil et médicament d’État qui souhaite éternellement s’approprier le corps des individus comme une banale ressource à exploiter, alors tant mieux! Le combat idéologique autour des vaccins reflète bien une lutte sous terraine pour l’appropriation des corps en tant que ressources économiquement viables et indéfiniment exploitables par les usines pharmaceutiques et les gouvernements!..il n’y a pas de complotisme mais bien des complicités vicieuses et des complots répétés effectivement contre les êtres humains! L’affaire du covid19 affiche ainsi au grand jour ces calculs et entreprises malsaines contres les personnes! Merci aux divers confinements de nous faire encore plus réfléchir car ceux qui crient haut et fort contre les supposés complotistes en réalité ne veulent pas un seul instant que ces entreprises malsaines et nazies, pour que l’humain soient toujours esclaves dociles, soient vraiment révélées à la lumière ! L’enjeu autour des vaccins c’est bien aussi la liberté ou l’esclavage durable des êtres humains…

    • Non, le Sars CoV2 ou l’un de ses variants connus ne présente aucune dangerosité exceptionnelle : après plusieurs mois de lutte valeureuse par d’authentiques médecins et chercheurs, courageux et non corrompus, plusieurs protocoles fiables et bien tolérés sont aujourd’hui disponibles. Appliqués de façon précoce ils réduisent fortement la mortalité et limitent l’apparition de formes sévères.

  19. Quand je travaillais à l’hôpital, nous avions une règle.. Attendre 3 ou 4 ans après la sortie d’un nouveau médicament avant de le conseiller à nos patients. Car entre les résultats des études et la réalité du terrain, il y a souvent un gouffre…
    Ici, sans même aucun recul, on vaccine…. Si cela marche, tant mieux. Mais si nous avons l’inverse, les conséquences sur la confiance vaccinale seront catastrophique et cela donnera raison aux antivax.

  20. Le vaccin n’est pas obligatoire ! Chacun est libre ! Pourquoi effectivement ne pas diffuser votre article plus largement ? Pensez vous que cela va vraiment aider les patients à y voir plus clair ? Autant que je sache c’est l’avis de la HAS qui comptera pas le votre. Pauvres patients ! mais qui se soucient d’eux quand il s’agit de pousser son ego.

  21. Bonjour, pharmacien de formation, je vous remercie pour cet article critique. Les médias foisonnent de gens, journalistes ou autres, qui donnent un avis simpliste noir ou blanc, souvent dans le sens des autorités politico-sanitaires, sans même connaitre la différence entre bactéries et virus. Alors parler d’ADN ou d’ARN dépassent de loin leur compétence… Il faudrait que votre article soit diffusé plus largement pour éclairer le jugement de la population et que l’on arrête de prendre les gens pour des enfants sans discernement. Peut-être reprendre le fonds de cet article en le simplifiant un peu mais en gardant l’essentiel pour que tous puissent l’entendent et sans que l’on vous taxe stupidement de « complotiste »… ce mot galvaudé qui ne veut rien dire sinon qu’il sert à faire taire tout avis divergent de la « pensée » officielle…. Merci en tout cas! Continuez à nous informer aussi clairement et sans parti-pris.

  22. C’est en s’instruisant et en soulignant l’importance de la culture plutôt que de l’information brève et imprécise que l’on peut entrer dans le débat et l’analyse contrairement à la polémique stérile. Merci pour la qualité de cet exposé. A transmettre au corps médical et aux patients. Bien confraternellement.

  23. je ne crois pas à la génotoxicité de ces vaccins . Il y a encore beaucoup d’incertitudes les concernant , mais il y a une certitude: l’absence de modification du génome . elle repose sur la longue expérience de la thérapie génique qui utilise soit un vecteur viral intégratif comme certains lentivirus, soit un vecteur non intégratif . Les adénovirus font partie de la 2ème catégorie; aucune intégration dans le génome n’est possible avec ce type de virus dépourvu de reverse-transcriptase . En pathologies infectieuses seuls les lentivirus et le virus de l’hépatite B dans sa forme chronique secrètent ce type d’enzyme .

  24. Vous devriez envoyer ce texte à M. Eric ZEMOUR, s’il le mentionnait sur C-News, peut-être que cela aurait plus de portée.

    • Ceux qui se couchent devant la doxa officielle, vous traitent habituellement de complotiste. Et puis ils s’arrête à ce mot. Ils n’ont plus rien dire. J’aurais aimé pour enrichir les échanges sur mon blog que vous m’argumentiez sur un point précis.Qu’on puisse avoir un discours critique sur le discours officiel dans le QDM fait au contraire la qualité de ce journal. « Sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur ».

      • tout mon soutien , Dr Vercoustre
        le post d’ Alain Siary, lui aussi un peu sceptique sur votre texte est à l’inverse d’une nature parfaitement correcte

  25. Je ne pense pas raisonnable de me vacciner tant qu’il n’y aura pas eu une évaluation (sans perdus de vue) d’un million de sujets. Une phase 3 avec 30.000 personnes suivis six mois est certainement insuffisante. Jean Cabane, interniste

  26. Après le scandale (qui va bientôt éclater) du « traitement » de la Covid 19 par des substances simples et connus de type AZT et HCQ, va t’on assister au scandale du »vaccin » à ARN poussé par le même big-pharma ??

  27. L’Europe n’a pas encore donné le feu vert pour les vaccins. Beaucoup de médecins attendent la publication des tests scientifiques et leurs résultats pour pousser plus ant. Mais tous soulignent l’importance d’avoir un vaccin et le rapport bénéfice/risque à mesurer. Sans vaccin, on ne va pas sortir de cette crise.
    Le texte de Laurent, assez hermétique pour des non-spécialistes ne fait pas avancer la cause d’un vaccin, même si janvier est peut-être un peu tôt. Il y a d’autres types de vaccins plus classiques à venir.

  28. Bonjour
    Ce papier me semble si honnête dans son analyse que je le mets en lien dans mon Coup d’Oeil du jour des 9-10 décembre à https://www.exmed.org
    Naviguer intellectuellement en ces temps d’incertitude n’est pas à la portée du premier venu, alors Merci LV, continuez

  29. Superbe article, félicitations mon cher confrère. Le gouvernement nous pousse vigoureusement vers ce vaccin à ARNm? Parfait, il va donc nous monter l’exemple : tous vaccinés devant des observateurs impartiaux (on ne sait jamais) et nous les observerons pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, avant que nous fassions la même chose. On n’est jamais trop prudent!

  30. Excellent exposé sur la démarche scientifique concernant la vaccination contre le virus Covid 19. Si un seul spécialiste de renommée reconnue réussit à argumenter une version différente exposée par Laurent Vercoustre, qu’il se hâte de se signaler. Il n’y en aura pas, en dehors de fantaisistes. Et c’est cela qui est grave. Maintenant, tout est permis, les désastres sanitaires vont devenir une banalité. Les décideurs, les laboratoires ne sont plus responsables. L’appât du gain est le seul projet. Vaste programme…. Merci pour cet éclairage sans contestation possible.

  31. Bonjour,
    Merci pour vos explications. Qu’il est difficile pour nous, patients béotiens, de nous poser les bonnes questions! L’absence de consensus dans le monde médical (qui est peut-être une bonne chose) ne nous y aide pas.
    Ma question est la suivante: vous parlez des « échecs de la thérapie génique depuis 35 ans ». Il y a également des réussites, n’est-ce pas ?
    J’imagine que c’est la raison de la mise en avant d’Alain Fischer.

      • Bonjour,
        Avec un esprit simple : le virus, lorsqu’il infecte une personne, inonde l’organisme de ses spicules S. Ces mêmes spicules que les labos ont isolés pour en faire un vaccin.
        C’est comme lorsque, ados, nous disions « rallumer une cigarette est cancérigène »…
        Ou : c’est comme si on avait peur de notre ombre..,
        Ou, plus médical : c’est comme si on faisait peur à nos jeunes patientes de 20 ou 30 ans, qui prennent la pilule alors qu’elles fument… – alors que la grossesse les inondent de quantités infiniment plus fortes d’hormones que leur pilule…

        Merci Lily pour votre rigueur scientifique (vous être donné la peine de lire et éplucher les liens proposés etc etc..)

        Au fait, qui finance cette revue ?

        PS : il me semblait que sans les vaccins, nous aurions tous des fratries de 10 – 12 gamins, avec 3 à 5 frères et sœurs décédés dans l’enfance voire en bas âge… non ? Et que nous aurions tous des voisins ou des connaissances boiteuses de la polio, d’autres décédés dans des souffrances et des trismus tétaniques dramatiques, d’autres encore pleurant leur(s) enfant(s) foudroyés par des méningites ourliennes, à pneumocoques ou à meningocoque… enfin, il me semblait que c’était ça que nos parents avaient connu, il n’y a pas si longtemps que ça (ils sont encore là nos parents – c’était quoi, il y a 1 ou 2 génération…?) et que nous apprenions à la fac (et qu’on leur apprend encore à nos jeunes…). Alors, ce que j’ai lu sur les affirmations de cohortes de narcoleptiques m’interpelle… je n’en ai pas vu moi-même ni mes confrères, malgré la répartition géographique statistique qui aurait dû m’en faire rencontrer, ou en tout cas avoir été alerté… ? Et où en sommes-nous de ce vaccin anti-HBV, alors, au fait ?

        Bref, avec mon bon sens simple de bon vieux médecin traitant qui essaie d’honorer la confiance de ses patients, j’ai du mal à adhérer à ces arguments qui me semblent omettre tout ce formidable héritage que doit l’humanité à Pasteur. Je ne parviens pas à comprendre la peur de ces Spicules que nous ne cessons d’inhaler par milliards a chaque inspiration depuis que nous sommes nés…?

        Merci de vos réponses, à condition seulement qu’elles ne relèvent pas d’une démarche prosélitique.

        • Au pays de pasteur, le débat sur les vaccins prend vite un aspect passionnel.D’un côté il y a ceux qui en font quelque chose d’un peu sacré, et qui y voient une des grandes victoires de la médecine, ce en quoi ils n’ont pas tord et puis de l’autre côté il y a ceux qui pour différentes raisons , religieuses parfois, rejettent inconditionnellement les vaccins.Si bien qu’il est souvent très difficile d’avoir un discours objectif ,scientifique sur les vaccins.C’est vrai comme vous le dites que la vaccination a fait disparaître un certains nombre de maladies..Mais c’est vrai aussi qu’ils ont pu causer des catastrophes sanitaires.,Pour avoir une vision objective des vaccins je vous conseille la lecture des livres de Michel de Lorgeril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.