47

Hydroxychloroquine et mortalité comparée Allemagne-France 


Trois fois plus de morts par le Covid 19 chez nous qu’en Allemagne : très exactement 58282 contre 22634 ce 15 décembre. Pourtant l’Allemagne est le pays le plus peuplé d’Europe : 81 millions d’habitants. La France en compte 68 millions. Si on rapporte la mortalité à 100 000 habitants, celle-ci est de 70,1 pour la France contre 20,23 pour l’Allemagne, le rapport est cette-fois supérieur à trois, exactement 3,5. Pourquoi avons-nous 3 fois plus de décès que les Allemands 

Pour élucider cette question, nous examinerons la situation à deux niveaux :

– Les stratégies mises en place pour s’opposer à la propagation du virus

– la prise en charge et les traitements des sujets contaminés

Nous avons dans un précédent billet montré que les Allemands ont eu le privilège de compter sur un homme d’exception Christian Drosten, professeur en virologie de l’hôpital de la Charité de Berlin, un des meilleurs spécialistes mondiaux des coronavirus. Celui-ci dès le début de la pandémie a mis en place une politique de dépistage massif, de traçage et d’isolement des cas. On sait aujourd’hui que cette politique est la plus efficace pour contrôler l’épidémie. Les chiffres en témoignent : 2,3 millions de cas en France pour 1,2 million en Allemagne.

Dans ce billet, c’est la prise en charge des sujets contaminés que je voudrais examiner de plus près. Et pour ce faire j’appliquerai l’indice de Michel Jullian (@michel_jullian sur twitter). Cet ingénieur a créé un indice qu’il nomme nrCFR(J) (New Resolved Case Fatality Rate) dont voici la formule :

nrCFR(J) = [M(J)-M(J-7)] / [G(J)-G(J-7)+M(J)-M(J-7)], où M=nombre total de morts et G=nombre total de guéris depuis le début de l’épidémie.

 Ne vous laissez pas impressionner par cette formule !  Le nrCFR(J), c’est tout simplement le rapport du nombre de morts sur le nombre de cas résolus (guéris ou morts) des 7 jours qui précèdent. Cet indice est particulièrement intéressant parce qu’il exprime la létalité sur des nouveaux cas résolus et donne ainsi une mesure concrète et dynamique du succès des soins au fil du temps, quasiment en temps réel.

Voici la courbe du taux de létalité de la France et de l’Allemagne entre le 9 mai et le 28 novembre. Toutes les analyses ont été faites à partir des données internationales “global time series” “Deaths” et “Recovered” de la Johns Hopkins University mises à jour chaque nuit.

.

On voit que le nrCFR de la France fluctue entre 10 et 30 %, alors que celui de l’Allemagne ne dépasse pas 5%. Comme je l’ai dit plus haut le nrCFR est un indicateur de succès des soins. La différence entre les deux pays est par conséquent liée aux stratégies thérapeutiques. Bien que les autorités sanitaires allemandes aient émis un avis défavorable sur le « protocole Raoult », elles ont laissé toute liberté de prescription aux médecins. Ainsi l’hydroxychloroquine (HCQ) et l’azithromycine ont été prescrits massivement dès le début de la pandémie. Le BfArM, Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte (équivalent de notre Agence Nationale de la Sécurité du Médicament), a expliqué très précisément comment utiliser l’HCQ, au lieu de l’interdire. Le BfArM a fourni aux médecins une  fiche d’information sanitaire Covid-19  qui donne des instructions précises sur l’utilisation hors AMM de l’HCQ.

A la même époque, la France prohibait par un décret du 23 mars 2020 la prescription d’HCQ en ville pour cette maladie. Le 18 mai, le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) s’attaquait à l’azithromycine., il estimait que l’expérience du terrain n’avait aucune valeur et que « la littérature scientifique n’apporte pas d’argument pour proposer la prescription d’azithromycine ». S’appuyant sur cet avis, le 9 juin 2020, la Direction générale de la Santé publiera un message d’alerte qui « recommande, de manière générale, qu’aucune antibiothérapie ne soit prescrite chez un patient présentant des symptômes rattachés à un Covid-19 confirmé ». 

Dans une autre étude Michel Jullian et Xavier Azalbert de France Soir établissent la courbe du taux de létalité nrCFR pendant la période qui va du 22 mars au 10 juillet, période qui correspond à la première vague de l’épidémie. Les auteurs font ensuite une simulation afin d’évaluer le nombre de décès que nous aurions pu éviter si nous avions appliqué les mêmes règles de traitement que les allemands au lieu du Doliprane et du « rester à la maison » … C’est ainsi qu’ils appliquent la courbe de nrCFR de l’Allemagne à la courbe de cas résolus de la France. Voir le graphique.

L’aire bleue représente le nombre de décès en France observés sur la période du 22 mars au 10 juillet, celui-ci s’élève à 29595.  L’aire verte représente le nombre simulé de décès en France si elle avait eu la même courbe de nrCFR que l’Allemagne. : il ne s’élèverait qu’à 5080 dans cette hypothèse. Si nous avions eu le même succès dans les soins que l’Allemagne, nous aurions eu près de 6 fois moins de morts. La stratégie allemande appliquée à la France aurait pu sauver 24515 vies. Cette estimation serait encore supérieure si l’indice était corrigé pour la différence d’âge des populations : 26% de personnes âgées de 60 ans et plus en France contre 28% en Allemagne. (Données de la Banque mondiale pour 2018).

Michel Jullian ne s’est pas contenté de comparer l’Allemagne et la France. Xavier Azalbert et lui ont appliqué sa méthode à 99 pays. Ils ont montré l’impact du retrait et de la réintroduction de l’HCQ à la suite du LancetGate sur la mortalité d’un certain nombre de pays. Pour 53 pays, ils constatent un impact du LancetGate : augmentation de la mortalité après la publication de cet article frauduleux qui a réduit l’usage de l’HCQ et diminution après sa rétractation qui l’a augmenté. 

France Soir a créé un outil informatique qui permet de comparer les courbes de taux de létalité nrCFR de 2 pays de son choix[1].

L’indice de Michel Jullian montre de façon irréfutable qu’il y a dans la prise en charge des patients un facteur qui joue un rôle déterminant en faveur de la guérison. Ce facteur a toutes les chances d’être l’HCQ. Les Allemands l’ont prescrit massivement comme l’atteste un article du Spiegel.[2]

Par ailleurs, du côté des publications, le vent a tourné. L’efficacité de l’HCQ ne peut plus être contestée. Une métaanalyse regroupant 164 études démontre l’efficacité de l’HCQ avec une très haute fiabilité statistique.[3]

Reste maintenant à savoir comment l’histoire jugera nos responsables sanitaires. Leur obstination à interdire l’HCQ a sans doute coûté plus cher en vies humaines que l’affaire du sang contaminé.

PS: ces dernières jours, l’Allemagne a moins bien maitrisé l’épidémie et a eu ces derniers jours un peu plus de morts que la France, mais beaucoup plus de guéris, et donc a gardé un meilleur nrCFR.


[1] http://www.francesoir.fr/graphique/covid19-nrcfr

[2] https://www.spiegel.de/wirtschaft/covid-19-deutsche-aerzte-verschrieben-von-donald-trump-empfohlenes-medikament-a-d62e453e-a38a-4690-9e0b-9465f35a85d7

[3] https://hcqmeta.com/


Laurent Vercoustre

47 Commentaires

  1. Vous faites référence à une recommandation du BfArM. En la lisant, on se rend précisément compte du contenu:
    ‘Les médicaments contenant de l’hydroxychloroquine ne sont pas approuvés pour COVID-19. La demande représente un traitement dit hors AMM Les données actuellement publiées, dont certaines sont encore incomplètes, ne montrent aucune efficacité globale de l’hydroxychloroquine dans la prophylaxie et le traitement du COVID-19. À notre connaissance, l’hydroxychloroquine n’est pas efficace chez ces patients. Dans ces études, des doses plus élevées d’hydroxychloroquine ont été utilisées et certains effets indésirables graves ont été rapportés. Les patients ne doivent être traités par hydroxychloroquine que dans le cadre d’études cliniques ou de programmes d’utilisation compassionnelle chez les patients hospitalisés et sous étroite surveillance.’ On a connu plus enthousiaste comme recommandation de traitement … Bref, revenons aux faits et pas à France Soir …

    • Merci pour votre réaction, j’ai dit dans mon billet que le autorités allemandes n’étaient pas favorables à L’HCQ, mais il ne l’interdisaient pas comme chez nous.Les généralistes allemands ont transgressé les recommandations de leur tutelle.

  2. Ces polémiques sur l’HCQ sont lamentables et donnent une facheuse opinion de la Médecine mais les faits sont têtus :
    – le Pr. Raoult a proposé un traitement de la Covid 19 qui marche selon lui ,même si la population traitée est favorable et peut expliquer EN PARTIE ses bons résultats
    – Les résultats des essais scientifiques qui démontreraient le contraire sont ridicules ( piètre Lancet ,gobés par les augures …!? par ex. ) ou sans valeur car provenant de malades hospitalisés ,certains sous oxygène ! l’OMS reconnaissant qu’ils ne concernent pas les malades traités en ville .
    -de multiples articles venant de divers pays sont en faveur de l’efficacité de l’HCQ et beaucoup d’entre eux ne sont pas critiquables dont des méta analyses .
    -les autorités Italiennes viennent d’officialiser ce traitement
    -les autorités Françaises ont chargé le CHU d’Angers de faire une étude scientifique très correcte avec 2 bras : HCQ et placebo .Il a été arrêté car le nombre de sujets inclus n’était pas suffisant pour une étude statistique pouvant valider les résultats .Cependant on peut constater sur les tableaux où figurent les premiers résultats que sur124 malades traités on observe 6 morts contre 11 pour 123 placebos …coïncidence ?
    -par contre je n’ai trouvé qu’une étude sérieuse prouvant l’inefficacité de l’HCQ

  3. pour parfaire l’article sur l’allemagne ; il faut dire qu’après le  » lancetgate » les médecins allemands sont devenus plus  » frileux » pour prescrire PLAQUENIL ce qui expliquerait leurs moins bons résultats cet automne Affaire à creuser !

  4. RAOULT est un menteur c’est évident pour 40 à 50% de français et l’inverse est vrai pour les autres ; il faut sortir de nos frontières et regarder dans les pays  » non civilisés  » pour avoir la vérité; il y a des courbes fournies par l’OMS  » il suffit de les lire pour connaitre la vérité !

  5. Il faut donc réhabiliter le Professeur Perronne; il a raison depuis le début, comme le Professeur Raoult d’ailleurs. Ecoutez les 5 dernières minutes de l’audition parlementaire (juin 2020) du Pr Raoult. C’est édifiant, instructif et dans la vraie vérité. https://youtu.be/K71LcQDnlOg?t=10941

  6. Merci pour cet excellent article, bien documenté.
    De mon côté, j’ai compris la supercherie de la vaccination contre un virus qui tue peu et qui a muté dès le Lancet Gate et la publication incriminant le traitement, qui ne devait pas faire d’ombre au vaccin bien sûr…
    Ces gens cyniques ont causé des morts inutiles. J’espère qu’ils seront jugés un jour.

  7. Encore et toujours de l’émotionnel et la transformation d’un débat ou l’altérité devrait enrichir la connaissance en classique plaidoyer ou chacun à force de pirouettes sélection de pièces de puzzle conformes à leurs idées pré-concues ne fait que du prosélitisme…. que pensez-vous de infodujour.fr?

  8. Sans connaitre les études, mais étant allé traqué le COVID en Guyane en juin, ceci m’amène à faire la remarque suivante:
    Brésil ou le TTT par HCQ était recommandé : beaucoup de morts.
    Guyane, ou nous avions des taux de 30% de positifs dans tous les bidonvilles mais pas de prévention par HCQ : peu de morts.
    Il faut donc se méfier des corrélations hâtives et supposées. ( ceci est également valable pour mon exemple.)

  9. Bravo pour travail utile, qui suscite cependant quelques critiques.
    Si j’ai bien compris, le taux de létalité nrCFR est le rapport du nombre de morts sur le nombre de cas connus officiellement. Si on a mieux dépisté et tracé en Allemagne, comme vous le dites, le nombre de cas connus y est plus proche de la réalité qu’il ne l’est en France. La comparaison est donc biaisée et on peut s’attendre à ce que le taux soit plus élevé en France, même si la stratégie thérapeutique était la même. Les 6 fois moins de morts « si nous avions eu le même succès dans les soins que l’Allemagne », me semblent donc exagérés.
    Le rapport de 3 entre les mortalités en France et en Allemagne me semble plus fiable et reste à expliquer de manière plus rigoureuse, en expliquant également pourquoi la situation se dégrade actuellement en Allemagne.
    Enfin, les taux de mortalité que vous donnez en début d’article ne me semblent pas exacts : 58282/680=85,7 et non 70,1 ; 22634/810 = 27,9 ; d’où un rapport de 85,7/27,9 = 3,1.

  10. @ALAIN SIARY
    Cher monsieur, sait-on jamais , vous avez peut être raison à 100% …Mais pour convaincre il nous faudrait autre chose que des affirmations péremptoires : « Je dis que  » , « j’ai tout lu » , etc. Ce site à le rare mérite de permettre de produire des liens .Que ne nous mettez-vous des papiers (sérieux, pas les feuilles de choux ou la presse mainstream à la botte) démontrant vos assertions . Et si vous seul (!) avez fait ces analyses majeures , et bien fabriquez un blog des dizaines de pages que vous voulez pour prouver sérieusement vos dires .
    Le Dr Vercoustre lui a travaillé pour sortir cette analyse élaborée , quand bien même elle mériterait d’être approfondie. Et tant que vous y êtes , démontrez nous donc la vacuité absolue , selon vous, de ceci :

    https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/10/25/chloroquine-le-plus-grand-scandale-sanitaire-francais-du-siecle/

    • Heureusement que des lanceurs d’alertes courageux et perspicaces vont déjouer le complot et sauver des millions d’innocents sur terre et éviter des millions de chômeurs provoqués par big pharma pour vendre des vaccins

  11. L’essentiel étant que les publicités payent sur les réseaux sociaux. Peu importe les âneries que racontent ces gens, l’essentiel c’est que des gogos se connectent et apportent des likes … quand vous aurez compris ça vous aurez compris l’hydroxy chloroquine. Et beaucoup d’autres choses. DRMA 13 700

  12. Il semble qu’il y ait aux environs de 90% de bons résultats avec l’OHQ sur le tout venant testé et autour de 90% de bons résultats sur le tout venant testé sans aucun traitement? Pas de vrais lits de réa parait -il? à l’ IHU et il est dit que les malades graves et posant problème sont transférer à l’AP de Marseille. Qu’en est il véritablement?

  13. J ajoute qu on n aurait pas de problème de conscience a laisser un groupe placebo , donc sans traitement,puisque de toutes façons ,on ne donne pas de traitement…

  14. Au lieu d interdire, et de diaboliser l HCLQ, ne pourrait on faire machine arrière et faire un essai en ville ,donc dans les conditions préconisées par l IHU,sur 30 ou 40000 personnes randomisées en 2 groupes , 1 placebo , 1HCLQ +/Azythromycine ? Finalement l équivalent de ce qui vient d être fait pour les vaccins….

  15. La principale différence entre l’Allemagne et la France est le taux de lit de réa/hab. La majorité des dèces a lieu en réa… L’HCQ n’a que peu d’effet la-dessus.

      • Étude très bien conduite chez les patients chroniques déjà sous Plaquenil (lupus,etc….). Pas de différence en terme d’incidence, de gravité, d’hospitalisation… cela a clos le débat scientifique, mais pas le débat  » politique »…

      • Bien sûr ! Vous avez entièrement raison.
        La prévention, vitamine C, D, zinc, marche aussi très bien. Mais chut, il faut que les gens aient très très peur et qu’ils se jettent sur le vaccin !

  16. France Soir est une tribune pour les anti vaccins & Hold Up & Co : j’accueille ses « révélations » avec ue grande, très grande circonspection

  17. Tellement exemplaire, ce papier, que je le mets en lien dans mon prochain Coup d’Oeil d’Exmed des 16-17 décembre sur https://www.exmed.org
    A moins que Laurent Jacoustre ne me l’interdise via un message par la page contact de mon site, cela va de soi.

  18. Bonjour
    Plusieurs réflexions s’imposent à propos des affirmations contenues dans ce blog . Je pense qu’il faut rester serein en abordant les diverses controverses concernant cette pandémie; les différentes procédures judiciaires concernant les infectiologues en désaccord entre eux traduisent une dégradation sérieuse de l’approche scientifique de ces controverses .Alors j’ai 3 choses à dire concernant cette approche sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine avec laquelle je suis en TOTAL désaccord. La première concerne la différence de létalité entre France et Allemagne qui serait attribuable aux différences de prescription de HCQ /Azithro : malgré les recommandations officielles, l’HCQ a continué à être très largement prescrite en France dans lez services hospitaliers . Pour démontrer qu’il y a eu une différence avec l’Allemagne, les directives officielles n’ont aucune valeur: seul compte le chiffre des prescriptions; or l’auteur n’apporte aucune preuve concernant cette prétendue différence; les éléments sur lesquels in appuie son affirmation ne sont pas probants . Le texte très détaillé concernant les études avec l’HCQ doit être analysé de près. J’ai recherché dans la bibliographie les essais contrôlés randomisés et leurs métaanalyse . Or curieusement la TOTALITE des ECR cités dans la biblio est en défaveur de ce traitement, contrairement à ce que laisse penser le texte dont on ne connait pas par ailleurs l’auteur : j’ai l’impression qu’il s’agit d’une manipulation . Parmi les études citées, celle-ci semble la plus probante 2020.09.16.20194571.full et est sans appel . La quasi totalité des publications citées en faveur de ce traitement sont des études rétrospectives et quelques essais prospectifs non randomisés. Voilà qui contredit ce qui est écrit dans le texte .Troisième point : les publications de l’IHU Méditerranée. Outcomes of 3737 patients treated with hydroxychloroquine and azithromycin and other regimens in Marseille
    Il est indispensable de la lire dans son intégrité pour constater un véritable travail de faussaire . Quand on regarde les différents bras de cette étude rétrospective : Bras HCQ-Azi: Les plus de 65 ans :9,5% et les patients affectés d’une maladie chronique : 47% . Dans le bras autres traitements, les % respectifs sont de 25,4% et 82,8% , de même dans le bras Ni HCQ, Ni AZi : 17,3% et 61,3% . Les différences de départ expliquent largement les différences de mortalité et de passage en réanimation . On ne peut les attribuer au traitement . Cordialement

    • Dans cette analyse statistique, la France a utilisé l’HCQ en milieu hospitalier uniquement c’est à dire à un stade avancé et grave de la maladie puisque sa prescription est interdite en pratique de ville. En Allemagne au contraire l’HCQ a été utilisée dès le début de la maladie en pratique de ville où elle est autorisée
      Il y a donc deux concepts de traitement très différents qui expliquent cette différence de résultats bien que la méthodologie de cette enquête reste discutable : on compte des résultats ce hospitaliers avec des résultats en pratique de ville

      • Les essais contrôlés randomisés ont utilisé l’HCQ à tous les stades : en prévention chez les sujets contacts , aux premiers jours des symptômes, 48 heures après une hospitalisation, chez des personnes en réanimation : TOUS sans exception n’ont retrouvé aucun bénéfice, quelque soit le stade de son administration .

    • @Alain Siary
      Dans ce cas, cher monsieur, vous allez être obligé, pour compléter vos assertions, de prouver que Raoult est un imposteur et que tous les résultats qu’il a obtenu en faisant de la médecine, c’est à dire en traitant les patients, sont des faux grossiers. Bon courage. Par ailleurs il semblerait bien que, s’il y a moins de morts au cours de cette soit disant 2e vague chez nous c’est en raison de la prescription par les généralistes (ce sont eux qui le disent) de HCQ et AZI. Ce doit être vrai puisque le conseil de l’ordre des médecins leur a dit, très confraternellement, de la fermer. Autrement dit : il ne faut pas que cela se sache. Excellent article Dr Vercoustre. Bravo.

      • Il faut lire les publications de l’IHU de Marseille concernant l’HCQ pour s’apercevoir qu’elles ne valent rien. Je les ai analysées en détail et je donne dans le texte précédent les résultats de l’une d’elle ; je pense que vous savez lire et avez bien lu les résultats de cette étude qui se passent de commentaires ; Quant à la première étude qui a fait « disparaitre » 7 personnes du groupe traitement dont certains étaient DCD, elle a été analysées par un expert hollandais qui a demandé qu’elle soit retractée . A noter que n’importe quel étudiant en médecine de 3 ème année aurait découvert l’imposture de cette publication . Quant à la 3 ème, concernant environ 3000 personnes venues se faire tester à l’IHU et qui étaient positives à la Covid 19, la mortalité était de 0,5% que Raoult à attribué à l’efficacité de son traitement, alors que c’est la létalité habituelle de cette maladie chez les personnes ne recevant aucun traitement pharmacologique . Mais face aux croyances , la démarche scientifique n’a malheureusement pas le pouvoir de faire changer une opinion erronée, bien enracinée dans l’esprit .

        • Je suis moi-même , médecin généraliste et je ne connais aucun collègue qui a prescrit l’association HCQ-Azithromycine . Par ailleurs la Collège de la Médecine et Générale qui comprend les sociétés scientifiques de médecine générale et le Collège National des Généraliste Enseignants ( je suis membre de ces 2 organisations) ont très clairement pris position contre cette prescription qui n’a été le fait que de quelques collègues . Donc affirmer que nous, généralistes avons prescrit de l’HCQ en pratique quotidienne est parfaitement faux.

          • Ouf! Merci à Alain Siary de calmer le jeu et de relever le niveau. Je commençais à m’inquiter de l’absence d’esprit scientifique de la plupart des intervenants. Heureusement, la grande majorité des médecins généralistes et spécialistes continuent à avoir les nerfs solides et à tenir compte de « l’état actuel de la science » pour prendre en charge les patients…

          • Là on comprend tout : le Dr SIARY est un représentant de la doxa officielle

          • Il n’y a pas de science ou de doxa officielle ; la science n’est pas une opinion comme les autres, il s’agit de données fondées sur des preuves et reconnues par la communauté scientifique . Les inventeurs d’une science bourgeoise officielle opposée à la science prolétarienne ont entrainé l’URSS au bord de la famine (le Lyssenkisme). Ceux qui parlent de doxa officielle sont des IGNORANTS , comme l’étaient les adeptes de Lysenko.

          • Merci Monsieur Siary d’avoir consacré un temps précieux à tenter de démentir les propos de ceux qui persistent à croire ce qui leur convient, au détriment de tout ce qu’on pourrait bien leur prouver. Malheureusement Inquiétant qu’ils soient si nombreux dans le monde médical….Je connais de longue date vos compétences exceptionnelles dans l’analyse des études publiées. Et vous avez plus que jamais toute ma confiance, ainsi, je l’espère que de nombreux autres MG . Avec ma reconnaissance respectueuse

    • vous parlez de l’emploi de l’ HCQ à l’hôpital .Ceux qui rapportent l’utilité de ce traitement parlent de son emploi en ville, au début de l’infection. j’ai l’impression que chaque partisan ignore volontairement la position de l’autre. On est pas prêt d’avancer. ….

    • L’HCQ a en effet été prescrite en milieu hospitalier, à des malades beaucoup trop affaiblis pour en profiter …Le chiffre des prescriptions n’est pas une donnée pertinente, l’HCQ doit être donné en phase précoce.
      Je vous rejoins sur un point : il est indispensable de lire une publication en entier pour découvrir le travail de faussaires. Beaucoup d’études à charge pour l’HCQ, sont très suspectes …
      .

    • Juste une remarque,mais de taille,l HCLQ est recommandée essentiellement en début d infection cad en ville,comme semble t il le font les allemands.
      Celle ci a été ,officiellement,prescrite chez des patients hospitalisés.
      On n est plus au même stade évolutif, léger détail…mais qui change tout !
      Pourquoi ne pas faire des essais dans les conditions proposées par l’équipe IHU ??

  19. Laurent,
    Ton billet m’a fait évidemment plaisir.
    Je ne crois pas (intuitivement) que l’usage du coktail Raoult aurait diminué autant la mortalité ( 5 fois moins…) , mais comme toutes les petites études cliniques comme celle de Raoult ou de Sao Paulo… montraient une réduction de 2 à 3 fois le nombre d’hospitalisation.
    Le deuxieme vague allemande très forte actuellement a entrainé un nombre d’hospitalisation en réanimation très important. Les médecins allemands ont -ils modifié leurs prescriptions? Ont ils encore accès à l’HCQ ??
    Beaucoup de questions restent en suspend…
    J’ai lu le début de l’article du QdM sur les médecins pro-Raoult. Est-ce une ouverture à « l’allemande » ?
    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.