27

Variations sur le masque

Hier je le portais pour opérer, aujourd’hui pour faire mes courses. Réservé aux chirurgiens, il avait un certain prestige. Il est maintenant sur tous les visages comme un bâillon et promène dans les rues une sourde menace. Point d’originalité dans ces masques tous semblables. Au Moyen-Âge, pendant la Grande peste noire, les médecins vénitiens portaient des masques en forme de bec d’oiseau qui contenaient des herbes aromatiques pour se protéger de l’infection et de l’odeur des cadavres.

Le masque, renvoie à un imaginaire riche en représentations. Ainsi il inquiète quand il évoque celui du malfaiteur qui commet un casse…Il a sa gloire littéraire à travers le roman d’Alexandre Dumas, Le vicomte de Bragelonne. Le roman est le récit de l’homme au masque de fer, prisonnier de Louis XIV, qui a suscité bien des fantasmes : frère jumeau de Louis XIV, amant des maitresses du Roi Soleil ?

Le masque a aussi ses connivences avec l’éros. Par le jeu du montré-caché qu’il organise, le masque intensifie et érotise la beauté des yeux d’une femme. Dans le film de Stanley Kubrick Eyes Wide Shut, on voit une scène où Bill le héros erre de pièce en pièce dans un manoir où il découvre des groupes d’hommes masqués pratiquant différents types d’actes sexuels. Le bal masqué était un évènement hyper-codifié de la vie sociale du 18e siècle jusqu’aux alentours de la révolution. Le sexe a besoin de transgression. Le masque la lui procure en ce qu’il annule l’identité. Il donne libre cours à une relation sans sujet entièrement dévolue au plaisir.

Dans le théâtre grec, le masque n’avait pas le rôle de dissimuler mais au contraire d’identifier. Il existait toutes sortes de masques, pour la tragédie, la comédie, le drame satyrique, enfin pour les danseurs. Il était conçu comme le moyen le plus expressif donné aux acteurs pour jouer leur personnage. L’étymologie du mot personne renvoie au masque. « Personne » vient du latin persona et lui-même du verbe personare qui signifie « résonner à travers » et désigne le masque de théâtre équipé d’un dispositif spécial pour servir de porte-voix. Dionysos le dieu du vin, du théâtre et des extases est toujours représenté par un masque. On le reconnaît à sa coiffure démesurée, ses sourcils arqués, ses yeux écarquillés. En Grèce pré-antique, les participants montaient sur scène parés de masques. Ils se mettaient à grimacer de façon exagérée puis se livraient à toutes sortes d’ébats sexuels. Masque, art, orgie et comédie furent ainsi intrinsèquement liés dès les origines.

Quittons l’Antiquité et revenons aux temps modernes. L’acteur Thierry Lhermitte a révélé dans une émission de télévision l’étrange maladie dont il est atteint. Une maladie qui efface les visages. Son nom : la prosopagnosie. C’est une agnosie visuelle spécifique rendant difficile ou impossible la reconnaissance des visages, ceux de ses proches, de sa famille et même son propre visage. L’acteur a confié avec humour que le port du masque lui donnait un prétexte pour ne pas reconnaître les visages rencontrés.

Il est perturbant ce masque qui ne nous quitte plus en ces temps de pandémie. Il est ambigu. Il témoigne d’une méfiance de l’autre autant que du souci de le protéger. Il nous prive de son sourire et d’une part de ses expressions. Mais là n’est pas le plus important. Pour le philosophe Emmanuel Levinas, il y a quelque chose de bien plus fondamental qui se joue lorsqu’on masque un visage. Marqué par la Shoah, ce philosophe français, qu’on peut ranger parmi les phénoménologues, a développé une pensée essentiellement éthique dans laquelle, précisément, le visage tient une place centrale. « Je pense […], dit Levinas, que l’accès au visage est d’emblée éthique. Le visage est signification, et signification sans contexte : par sa totalité et sa nudité il me révèle l’humanité de l’autre. Le visage est un et c’est précisément quand je commence à en isoler et à en détailler les parties que j’objective l’autre et que je perds la relation authentiquement humaine que je peux avoir à lui. On ne peut saisir l’autre, ni son visage, comme on saisit tout autre objet et c’est en cela que le visage est immédiatement éthique : il est porteur d’une injonction au respect. Il y a donc, dans la totalité du visage de l’autre, le face-à-face avec un absolu. »  Ainsi si l’on suit jusqu’au bout Levinas « Le visage est ce qui nous interdit de tuer. » J’avoue que je ne suis pas un fervent de cette philosophie. Mais l’éthique Levinassienne du visage, bien connue des philosophes, est incontournable dès qu’il est question du visage.Il faut reconnaître que quelque chose s’est perdue dans le spectacle de tous ces visages masqués arpentant les rues de nos villes, quelque chose comme une joie de vivre.

PS: J’ai le très grand regret d’annoncer à mes chers lecteurs que ce billet est sans doute le dernier. La direction du QDM a en effet décidé de mettre fin à ce BLOG ainsi qu’à celui de Gérard Maudrux.

Je suis en train de créer un nouveau blog sur une page face-book. Il suffira de faire une recherche sur face book avec le nom « Focale »si vous souhaitez me retrouver. L’intitulé de mon blog n’a pas changé.

Vous pouvez aussi me retrouver à travers mon dernier livre, un roman intitulé  » Augustin: la guerre du cholestérol ». C’est une sorte de thriller médical qui a pour toile de fond la polémique sur le cholestérol. Polémique pour laquelle j’ai écrit plusieurs billets.Voici le lien vers mon éditeur :

http://www.editions-racine-icare.weonea.com/produit/308991/

Laurent Vercoustre

27 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog grâce à un lien sur celui du Dr. Maudrux.
    Votre blog apporte des informations et des points de vue très intéressants (à mon avis) et il serait regrettable que son contenu soit perdu.
    Si vous me permettez une remarque, facebook est la solution la MOINS fiable. Un compte FB peut être fermé du jour au lendemain sans préavis selon le bon vouloir de ceux qui gèrent ce réseau dit « social », et la censure y est présente. Il suffira d’un signalement vous accusant de « complotisme » pour que vous perdiez toutes vos données.
    Je vous invite vivement à trouver une solution plus pérenne.

  2. Cher confrère,

    Comme le demandait un de vos fervents lecteurs, pourquoi émigrez-vous en direction de Face-book? N’est-ce pas tomber de Charybde en Scylla ?
    Certes, on vous lira sur n’importe quel site, comme le Dr Maudrux. J’observe seulement qu’il a pris le parti de transférer son blog sur un site tout à fait digne de ce nom, et indépendant des GAFAM.

    Confraternellement,
    Laetitia G

  3. Ah dommage.
    Je lisais tes chroniques et je les transmettais à mon fils en L3 de philo…
    Au plaisir de rencontres de congrès ou de lectures.

  4. Docteur L. Vercoustre,
    Bonsoir,

    Il y a deux fils de discours que je suis (ergo cogito) sur QDM depuis plusieurs mois : le blog 1° du Dr Vercoustre et 2° celui du Dr Maudrux, pour des raisons distinctes, mais qui ont pour point commun d’être au-dessus du lot.
    Cet éteignoir est-il un effet collatéral du couvre-feu ? De l’obligation de faire chorus avec la ligne ministérielle qui officie et sévit aujourd’hui comme à l’époque de la Правда (Pravda) ?
    Ce n’est pas la première des compromissions de la médecine avec les puissances du knockisme, version Le Capital Santé du 21e siècle.

    Je me réjouis que dans cette drôle de guerre, vous ayez pris le parti d’aller sur un autre site pour continuer votre blog. Mais…. sur une page face-book ?! Votre discours mérite mieux que d’être logé sur ce GAFAM, il me semble.
    Je continuerai de vous lire, avec attention, intérêt et un certain plaisir.

    Respectueusement,
    Sexus Empiricus

  5. Quelle décadence! Nous priver de tes billets que nous attendions, nombreux, tant ils étaient singuliers. Ainsi, nous te suivrons sur ton site. Le QDM (qui pour ses 50 ans a souligné toutes ses propres qualités) a perdu là l’occasion de s’enorgueillir de garder dans ses colonnes un personnage comme toi. Tant pis pour lui.
    À bientôt sur ton site,
    tu continueras à nous passionner.

  6. Je viens d’aller sur Facebook . Je vous y retrouverai donc car j’apprécie vos publications .

  7. Cher Confrère,
    je suis désolé pour vous comme pour Gérard , vous nous entrainiez vers la lumière par la philosophie de l’approche du dérèglement du système médiatico social de l’époque que nous vivons et qui entraine avec lui la pensée médicale et son esprit d’indépendance que nous avons connu dans un autre temps , dans un tunnel celui d’ORWELL 1984 : 1984 – Orwell, George,
    L’origine de 1984 est connue : militant violemment opposé à la dictature soviétique, George Orwell s’est inspiré de Staline pour en faire son « Big …

  8. il « érotise la beauté des yeux d’une femme. »
    Des hommes aussi !!!
    Vous n’avez jamais rencontré des touaregs ?

  9. Dommage que vous fassiez les frais du blog délirant de Maudrux… Levôtre était d’une tenue bien différente, même si vers la fin…
    Bon courage!

      • Dr Vercoustre,
        Pourquoi regretter vos excellents et pertinents billets sur les vaccins et l’HCQ ? Et pourquoi feriez vous « les frais » de l’excellent blog de Gérard Maudrux ?
        Vous avez tous les deux le courage et l’honnêteté (Quel que soit le style) d’écrire et de dire des vérités qui dérangent.
        Jusqu’à quel point les médecins, les soignants, les français accepteront la censure et ce politiquement correct ?
        Arielle (déléguée médicale retraitée)

      • Vous avez écrit ce que vous pensez et vous avez fait preuve de lucidité et de courage.
        Il n’y a rien à regretter.

  10. Cette censure qui ne dit pas son nom commence vraiment à me faire peur.
    Il est déjà si difficile de s’informer. En tous les cas merci pour tous ces articles. Continuer.

    • Je souscris à cette réflexion de bon sens , Il ne faut surtout pas culpabiliser des propos qui sont destinés à éviter la manipulation politique , en l’intimidant et en censurant ceux qui ont des propos qui gènent la doxa et qui s’expriment leurs sentiments médico scientifiques en débat contradictoire au nom de la science Médicale de prescription et de meilleurs soins des patients .en fonction de l’état de leur maladie.

  11. Encore merci. Cela fait une année que j’ai découvert et apprécié votre blog et celui de Gérard Maudrux.
    Je doutais que cela arrive et c’est arrivé. Où en est-on en France avec la liberté d’expression!
    Malheureusement je ne pourrai pas vous suivre sur Face Book. N’y aurait-il pas d’autres espaces de communication?
    Bonne continuation.
    Marie-Thérèse Boitrel

  12. Depuis le silence diu Dr Maudux et les rares commentaires du Dr Vercoustre, j’étais sûr que la censure avait frappé; il est évident que le QDM accroc à la pub pharmaceutique ne pouvait que se distancer de ces 2 chroniqueurs iconoclastes; quelle décadence, quelle déception….

  13. Cher Laurent, le Quotidien du Médecin va donc porter le masque de la bien-pensance, de la bienséance de la majorité des médecins, convertis à la toute puissance de la science. Dans toutes mythologies le démiurge a plusieurs faces, la Science érigée en Deesse a déjà sa face lumineuse et sa face sombre…. Bon vent pour ton nouvel espace de réflexion et toute mon amitié !

  14. Le QDM vous vire ? BigPharma vous craint,comme Mandrux ?
    Vous continuez, bravo.
    Mais pourquoi diable alimenter en matière grise FB ou autre Gafa ?
    Wordpress ( dont je ne suis pas un utilisateur) est là.
    A vous de voir, et bon vent sur la Toile.
    FMM

    • Pouvez vous nous dire pourquoi vous quittez le Quotidien du Médecin ?
      censure ? je ne veux pas le croire
      vous êtes si intéressant et vous avez une certaine envergure de pensée.
      je vous suivrai

      merci de nous dire

    • Cher Dr Vercoustre,
      Je vous lis depuis un an, avec une grande estime et mon admiration pour vos si pertinentes analyses.
      Et je suis écœurée (également pour Gérard Maudrux), mais pas étonnée, compte tenu de la censure qui s’abat dans notre régime totalitaire !
      Merci, et je vous suivrai.
      Arielle (déléguée médicale, retraitée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.