10

La fake news la plus extravagante de l’histoire de la médecine

Les fake news inquiètent le monde médical au point que le QDM du 11 octobre lui consacre un excellent article « Comment la bataille s’organise pour contrer les fausses informations en santé ? ». Racontons maintenant la plus invraisemblable fausse information ou fake news, (en anglais ça fait toujours plus chic) de l’histoire de la médecine.

Elle est née à la fin du 18e siècle en Angleterre d’un livre qui s’appelle Onania et qu’on a attribué à Becker. Ce livre est à l’origine de la croisade contre la masturbation qui va diffuser dans toute l’Europe jusqu’au milieu du 19e siècle. En France paraît le fameux livre de Tissot, en Allemagne Basedow reprend ce grand discours sur la masturbation. On décrit à cette époque des tableaux absolument extraordinaires d’adolescents masturbateurs au corps ravagé et décharné. La masturbation est alors considérée comme le mal absolu. On peut parler de fiction de la maladie totale. On avait organisé à Paris un musée de cire où l’on invitait les parents à venir accompagnés de leurs enfants, si ceux-ci avaient donné des signes de masturbation. Ce musée de cire représentait sous la forme d’une statue tous les accidents de santé qui pouvaient arriver à quelqu’un qui se masturbait. Il a disparu dans les années 1820. On avait aussi réalisé des excisions chez les filles et inventé toutes sortes de ceinture pour les garçons.

Ce discours sur la masturbation était tenu par les médecins eux-mêmes. On le trouve à l’intérieur de la littérature médicale la plus conforme aux normes de scientificité du discours médical de l’époque. L’article de Serrurier sur la masturbation, dans le dictionnaire des sciences médicales, a été la bible de tous les médecins au début du 19e siècle. Le voici : « Ce jeune homme était dans le marasme le plus complet, sa vue était entièrement éteinte. Il satisfaisait partout où il se trouvait aux besoins de la nature. Son corps exhalait une odeur nauséabonde. Il avait la peau terreuse, les yeux caves, les dents déchaussées, les gencives couvertes d’ulcérations (1). »

Dans les livres de médecine de l’époque, on rapporte à la masturbation tout le champ du pathologique des maladies des nerfs, des maladies des os, du cœur, des yeux. Pour Dupuytren elle est la cause de myélite et de différentes atteintes de la moelle épinière. Scarpa dans son traité de la maladie des yeux en fait la cause de l’amaurose.  La masturbation devient le principe causal universel et inépuisable de toutes les maladies. À l’époque même où se développait l’anatomie pathologique qui allait fonder la grande médecine clinique et positive du 19e siècle se développait tout ce délire antimasturbatoire.

Cette histoire témoigne que les fake news ne naissent pas toujours à l’extérieure du système, autrement dit de la médecine accréditée par la faculté. Revenons au présent et à cette bataille contre les fakes news. Pour le dire franchement je trouve qu’il y a quelque chose d’un peu suspect dans ce raidissement soudain de nos autorités médicales. On se montre maintenant intraitables à l’égard des médecines alternatives et de l’homéopathie qu’on pourchasse avec une virulence inédite alors qu’on l’avait laissée tranquille pendant tant d’années. Oui, c’est le rôle des autorités médicales de s’opposer au charlatanisme, mais pourquoi le font-elles maintenant avec une ardeur qu’on avait jamais vue.

Toute cette gesticulation inquisitrice ne serait-elle pas en réalité le symptôme d’une certaine mauvaise conscience ? Sur cette médecine prétendue vertueuse pèsent en effet de terribles soupçons. Il existe aujourd’hui une crise sans précédent qui ébranle précisément les fondements scientifiques de nos pratiques. Je veux parler des études publiées par les grandes revues internationales dont l’indépendance et l’objectivité est régulièrement mises en question du fait des conflits d’intérêt des auteurs avec l’industrie pharmaceutique. Le 12 septembre dernier, la très respectable Cochrane, a exclu le Pr Gøtzsche qui dénonçait l’ingérence des laboratoires dans les études cliniques. Le communiqué du Pr Gøtzsche qui fit suite à son éviction est empreint d’humilité, de désespérance et d’ambition : « Une crise morale de la gouvernance : le manque grandissant de collaboration démocratique et de pluralisme scientifique chez Cochrane. »

Nous considérons avec une incrédulité moqueuse la fable de la masturbation. Nous nous disons : la médecine était encore balbutiante ! de tels égarements sont inconcevables aujourd’hui, parce que, nous, nous faisons une médecine scientifique !

Je crois au contraire que nos descendants constateront effarés que nous avons été capables de bien pire en sacrifiant notre intégrité scientifique au veau d’or Big Pharma.

(1) J.-B.-T. Serrurier, Pollution », in Dictionnaire des sciences médicales, Paris, XLIV p.114.

Laurent Vercoustre

10 Commentaires

  1. Merci Laurent pour ce parallèle libidinesque entre la dénonciation du début XVIIIeme de la la maturation comme perversion et la dénonciation du XXI ème siècle des fake news comme perversion de la vérité scientifique.
    N’est on pas le barbare ou le pervers de l’autre, lorsqu’on ne soumet pas au conformisme.
    Très Amicalement

  2. Bonjour, merci pour cette analyse, d’autant plus actuelle que certaines revues continuent à diffuser cette « fake news », sous un aspect pseudo-scientifique ce qui montre que nous devons rester vigilants (article de 2017, référencé Pubmed) : https://doi.org/10.1007/s10943-013-9720-3 je cite: « Masturbation can increase the risk of developing high blood pressure, bring about prostatic and penile pathology, and has systemic adverse effects. From a psychological point of view, masturbation leads to depression, dissatisfaction in sexual relationships and life in general, and greater use of immature psychological defense mechanisms » etc.

  3. « une crise sans précédent qui ébranle »…Encore un ravage inconscient de la masturbation!

  4. Bravo pour la subtilité du parallèle et de l’analyse. Je suis entièrement d’accord avec vous. Et jaime bien vous lire.
    Notons aussi qu’il y a une évolution à l’ œuvre : les fake news sont de plus en plus subtiles à identifier, à démonter, à dénoncer.
    Il faut comme au XVIIIe siècle, beaucoup de courage, pour aujourd’hui, affirmer que la médecine allopathique dite aussi officielle est est limitée, et perd énormément à se priver des apports des autres sensibilités médicales, qualifiées non sans quelque mépris, de médecines alternatives » (La solution alternative, plan B, est en général la solution mise en œuvre lorsque le plan A a échoué en l’occurrence la médecine allopathique).
    Si l’on voit le verre à moitié vide, avec un sentiment chagrin sur la marche du monde, on dira que « c’est de plus en plus difficile et que le monde va de plus en plus mal, que les hommes sont par nature malhonnêtes et cupides ».
    Mais si l’on voit le verre à moitié plein, confiants dans une évolution positive de l’humanité, on dira que cette complexité croissante dans le débusquage des fake news, fait appel à une intelligence croissante, que cette intelligence évolue, gagne en capacité et en finesse, et contribue, lorsqu’elle est collective, à ce que l’humanité progresse…
    Il y aura donc toujours des fake news.
    Elles sont de plus en plus complexes à identifier.
    Mais la bonne nouvelle est qu’il y a de plus en plus de monde, d’individus libres, de collectifs, de communautés pour les dénoncer et sen affranchir….
    D’un point de vue plus philosophique, on pourrait même émettre l’hypothèse, que ces fake news sont nécessaires à l’évolution de l’humanité….
    Laquelle s’accélère à l’heure de l’Internet et de la mondialisation où toutes les infos passent dans tous les sens d’un bout à l’autre de la terre…

  5. Original exposé sur les fake news. Et on comprend mieux pourquoi la durée de vie correcte chez l’homme régresse, malgré les avancées de la médecine. Le progrès est parasité par des études biaisées qui en fait , au sens propre comme au sens figuré, empoisonnent la vie. Malgré leurs effets délétères, certains traitements, sans preuves objectives d’efficacité, s’imposent comme indispensables grâce aux fake news.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.