16

Homéopathie, médecine et anti-médecine

Le couperet de la HAS est tombé : faute de preuve de leur efficacité thérapeutique, les 1163 médicaments homéopathiques ne doivent plus être remboursés. Déjà en 2003 Jean François Mattei avait diminué le taux de remboursement de 65 % à 35%. Cette fois les anti homéopathie réclament le déremboursement total.

Sur la non scientificité de l’homéopathie personne n’était dupe. L’homéopathie a été inventé par le médecin autrichien Samuel Hahnemann (1755-1843) à une époque préscientifique. Il reste que l’homéopathie répond à cette part d’irrationnel, à un certain goût pour l’ésotérisme qui est fond de chacun de nous.

 Il y a aussi, je crois, dans l’attachement de beaucoup à l’homéopathie l’expression d’un rejet de la médecine traditionnelle. Car notre médecine scientifique a un double visage. Celui de ses victoires ou de ses triomphes et celui de ses dangers voir de ses catastrophes.

Et sur ce point l’histoire des médicaments est exemplaire. Du côté des victoires, pour ne citer que les principales, il y a eu les antibiotiques et l’on peut dire que la médecine témoigne pour la première fois de son efficacité avec la découverte de la pénicilline commercialisée au début de la dernière guerre mondiale. Il y a eu les médicaments psychotropes qui ont changé la face de la psychiatrie. Il y a eu plus récemment les antiviraux qui ont permis de maîtriser l’infection à VIH au point qu’on commence à parler de guérison.

Du côté des dangers, l’histoire récente retentit d’une succession de scandales. Il y a eu l’hormone de croissance dans les années 95 et la contamination par des prions infectieux de plus d’une centaine d’enfants qui ont développé la maladie de Creutzfelt Jakob, maladie neurodégénérative  incurable. Il y a eu l’affaire du vioxx, largement vendu entre 2000 et 2004, qui a causé le décès de 26 000 personnes outre-Atlantique. Et bien sûr il y a eu chez nous le médiator et ses 3600 victimes.

Ainsi au regard de la pharmacopée officielle, l’homéopathie peut faire valoir sa parfaite innocuité.  Elle fait partie des médecines qui revendiquent l’appellation de médecines douces, ce qui jette l’opprobre sur les médecines orthodoxes qui se trouvent ainsi rejetées implicitement du côté des médecines dures, voir dangereuses. Ce rejet bucolique de la médecine académique en faveur d’une réconciliation non technique avec la nature représente d’une manière confuse dans la conscience des individus la réponse aux dangers de la médecine conventionnelle.

La HAS aurait-elle dû pour cette raison se montrer plus clémente à l’égard de l’homéopathie. Assurément non. Son rôle est de dire où est la vérité scientifique. La HAS en la circonstance s’est montrée très scrupuleuse, elle a en effet collecté plus de 1 000 études cliniques publiées sur les médicaments homéopathiques (méta-analyses, revues systématiques, essais cliniques randomisés publiés).  Pourtant, à mes yeux, l’homéopathie fait figure de victime sacrificielle et permet à la HAS de se refaire une vertu— vertu d’intransigeance scientifique— à bon compte, car, répétons-le, la non scientificité de l’homéopathie était un secret de polichinelle.

Il est grand temps qu’elle démontre la même intransigeance à l’égard d’une classe de médicaments sur laquelle pèse depuis déjà longtemps une redoutable suspicion. Je veux parler des statines. L’enjeu est sans commune mesure. Car l’acharnement à faire baisser le cholestérol n’a plus de sens, la théorie du cholestérol comme facteur majeur des accidents cardiovasculaires est en passe de sombrer. Il n’est plus question du cholestérol dans les congrès internationaux de cardiologie. Plus grave, cet classe de médicament, à la différence de l’homéopathie, a des effets collatéraux extrêmement sérieux et maintenant bien documentés.

Voici ce que dit un rapport de la DREES sur le poids des statines dans le marché pharmaceutique français : « les statines représentent, avec près d’un milliard d’euros, la classe la plus remboursée par l’Assurance maladie et celle qui contribue le plus à la croissance du marché pharmaceutique. Les ventes de produits luttant contre le cholestérol sont plus importantes en France que dans les autres pays européens. Le taux de mortalité liée à l’excès de cholestérol y est également plus faible. ». Ce rapport date de 2004, pourtant en 2013, c’est encore quelque 6,4 millions de patients qui se voyaient prescrire un traitement par statines en France et on enregistrait alors plus de 1 million de nouveaux patients chaque année. Le montant des remboursements s’élevant à 1,2 milliard d’euros par an. Comparé aux statines, le coût de l’homéopathie, autour de 100 millions d’euros, est une goutte d’eau.

Le 21 novembre 2018la HAS a abrogé la recommandation de février 2017 présentant les modalités de prise en charge des principales dyslipidémies. Les recommandations de 2017 faisaient une large place aux statines. Voici un extrait du communiqué de presse : « A l’occasion du recours devant le Conseil d’État de l’association Formindep demandant son abrogation, la HAS a constaté qu’elle n’avait pas eu à l’époque connaissance de l’ensemble des liens d’intérêts de certains des experts. Ce non-respect des règles déontologiques de l’institution conduit à abroger cette recommandation. »

Attendons donc les prochaines recommandations ! La HAS a su jouer les gros bras en immolant l’homéopathie, cette vieille de notre pharmacopée, sur l’autel de la rigueur scientifique, osera-t-elle s’attaquer aussi radicalement aux statines qui posent un vrai problème de santé publique.

Laurent Vercoustre

16 Commentaires

  1. Ça recommence, le trio Vercoustre, inoxydable, De Lorgerill,
    La théorie du complot, pharmaco maconique, les statino sceptiques, le rejet des experts.
    On ne peut pas argumenter car il faudrait répéter 40 ans d’histoire de la médecine
    Lisez les recommandations des sociétés savantes
    A l’opposé de l’homéopathie, je dis bien à l’extrême opposé, les statines sont LA classe qui a le plus quantitativement (nombre de patients inclus dans les études) et qualitativement (études randomisées en double aveugle) prouvé son efficacité.

    • Vous devez vraiment être désespéré de n’avoir que vos sempiternels arguments comme  » les statines sont LA classe qui a le plus quantitativement (nombre de patients inclus dans les études) et qualitativement (études randomisées en double aveugle) prouvé son efficacité. » à nous balancer chaque fois qu’on présente des arguments anti Statines. Soit vous avez des intérêts particuliers dans l’industrie des statines et autres anti cholestérol encore plus toxiques, ou bien vous êtes un médecin rempli de conflits d’intérêts , statinophile et prescripteur à outrance et là, en tant que rescapé de ces médicaments, je vous dénie le droit de cracher sur des médecins qui ont fait l’effort de lire, d’étudier, d’alerter sur ce scandale pire que celui du Médiator car ! Je pense que vous ne faites pas l’effort de lire les études récentes ( après 2005) qui n’ont JAMAIS pu reproduire les ‘bienfaits  » des statines des précédentes études sur la mortalité cardio vasculaire et la mortalité générale !
      Pour votre peine, je vous mets plusieurs liens dont le premier est plutôt férocement anti cholestérol, mais il a le mérite de de pointer du doigt de nombreux scandales médicaux et surtout de vous livrer des VIDEOS très explicites sur ces sujet puisque vous semblez ne pas vouloir approfondir vos connaissances en la matière en lisant :
      https://anticholesterol.wordpress.com/
      Et si vous pensez que la communauté scientifique mondiale est à la botte des laudateurs des statines, vous vous trompez, regardez ce site :
      http://www.thincs.org/ et plus particulièrement ses membres et vous verrez que le Dr Michel de Lorgeril,le Pr. Even, le Dr Vercoustre ne sont pas seuls : http://www.thincs.org/members.php
      et article est toujours d’actualité, même s’il date de 2003 :
      Chttp://www.ravnskov.nu/2003/06/02/new-cholesterol-guidelines-converting-healthy-people-patients/
      Pour en revenir à l’homéopathie,  » il n’y a pas de sciiieeence », c’est pas mieux que le placebo ( encore que je préfère au « placebo » qui fonctionne qu’un médoc qui me tue à petit feu et qui ne sert à rien..) et on ne sait pas commet ça fonctionne lorsqu’il apparaît des résultats positifs. Je ne vous livre que cette comparaison :Selon le Dr JF. Saluzzo, ex-Sanofi actuellement en poste à l’OMS, » Extrait :« Une des raisons essentielles de l’histoire des vaccins, c’est qu’on ne comprend pas comment marchent les vaccins. Tout simplement parce que quand un vaccin a été mis au point, plus personne ne s’intéresse au vaccin, si bien que de nos jours quand un nouveau virus apparaît, on ne sait pas comment les autres vaccins ont marché … »(Sic) Contenu dans un vidéo de ses cours de vaccinologie….VIDÉO (1:09:23) sur CIF Vaccinologie 2011- Fabrication et contrôle des vaccins.
      Ah bon, on ne sait pas comment ça marche ? l’Homéopathie non plus je crois …
      Bon, une dernière chose : cet après midi même, j’ai discuté avec une pharmacienne tout à fait par hasard, elle m’a dit qu’elle préférait se soigner avec l’homéopathie et qu’en ce qui concerne les Statines , tous les pharmaciens connaissent ces effets secondaires désastreux , elle n’est pas la seule professionnelle qui me l’ait dit mais que tant que les médecins les prescrivent …
      Au fait David S. Citez moi un seul patient qui ait été guéri par les Statines ou même que ça santé s’est améliorée! Je précise qu’en 2003, au début de mon traitement par les statines, j’effectuais la rééducation cardiaque en service Kiné d’une clinique spécialisée et … tous ceux que j’ai connu dette époque; soignés avec ce poison … sont décédés, certains étaient plus jeunes que moi – 8 ans d’arrêt et je suis toujours là – et plutôt en forme.
      Soignez vous bien ….aux statines.

    • Ce qui m’étonne toujours du côté des partisans des statines c’est qu’ils énoncent des généralités, toujours les mêmes : »les statines sont LA classe qui a le plus quantitativement (nombre de patients inclus dans les études) et qualitativement (études randomisées en double aveugle) prouvé son efficacité. » Dites moi précisément lesquelles.
      Les opposants aux statines démontent minutieusement chacun de ces études et mettent en évidence leurs faiblesses.
      Je vous recommande de visiter ce BLOG (https://www.cholesterol-statine.fr/) tous les essais sur les statines y sont analysés. Les partisans des statines ne répondent jamais point par point aux critiques qu’on leur adresse ,ils s’abritent derrière les recommandations des Autorités de santé sans jamais s’engager dans des recherches personnelles.
      Vous dites : « On ne peut pas argumenter car il faudrait répéter 40 ans d’histoire de la médecine », la tradition, la longévité d’une théorie ne suffit pas pour garantir et fonder la vérité. La traitement mercuriel dans la syphilis, traitement extrêmement cruel , a duré quelques 500 ans !

  2. ttps://www.nouvelobs.com/societe/20190706.OBS15546/oui-l-homeopathie-a-une-rigueur-scientifique-incertaine-mais-si-les-patients-sont-satisfaits.html

  3. De la part d’un empoisonné aux statines pendant 10 ans ( durée trop longue pour annihiler certains effets secondaires très graves- https://www.medscape.com/viewarticle/845232 ) qui depuis 8 ans a envoyé promener son cardiologue initial ( se disant un ami qui ne me voulait que du bien…) et qui depuis suit les conseils du Dr Michel de Lorgeril ( alimentation, mode de vie, exercices physiques ) plus quelques compléments alimentaires à son initiative et qui s’ EN PORTE TRES BIEN.
    C’est ainsi que mon cardiologue actuel, Chef de Service Cardiologie de l’HP de son patelin a, sans formellement approuver m’ a dit qu’il comprenait ma décision.
    Donc, à mon sens, si on veut un avis à propos des statines et autres médicaments aussi inutiles que dangereux, il faut le demander à ceux qui ont arrêté d’en prendre et qui ne restent pas avec le . »fondement » dans un fauteuil devant la T.V, mais qui ont une vrai activité.
    Deux articles, publiés dans des sites qui ne sont pas à la botte de l’industrie pharmaceutique ou des « Autorités » médicales vous éclaireront si vous voulez bien les lire et tout le monde devrait les lire pour s’en faire une idée :
    https://www.docteurreliquet.fr/wp-content/uploads/2019/05/revolution-sante-n-3-1903.pdf
    https://www.lanutrition.fr/les-news/statines-et-cholesterol-la-longue-marche-vers-la-verite
    Le Cholestérol n’et PAS une maladie mais une molécule nécessaire à la vie, bon sang !
    Ce sont la Statines qui devraient être déremboursés, ça ferait gagner des milliards d’€ à la Sécurité Sociale et comblerait une bonne partie de sont trou abyssal; mais pas s’en prendre à d’ inoffensifs médicaments Homéopathiques qui satisfont un grand nombre personnes.
    Quant à la « science » qu’on oppose à l’ Homéopathie, où sont les études au long cours pour certains vaccins dont même les fabriquant ne savent pas comment ils fonctionnent ! Lisez bien les notices, vous serez surpris…
    https://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/incroyables-confidences-d-un-38077
    Pour l’homéopathie, la Méta Analyse de la HAS n’ aurait-elle pas fait quelque biais de sélection ; Lorsque je vois une études comme celle -ci :
    https://www.thieme-connect.com/products/ejournals/abstract/10.1055/s-0039-1693154
    celle-là :
    https://www.thieme-connect.com/products/ejournals/abstract/10.1055/s-0039-1684018
    ou encore :
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1475491615000090
    J’en ai d’autres à votre disposition, mais sans doute ces études ou articles ont ils échappé à la vigilance de la HAS …

  4. Claudine, la preuve acceptable de l’efficacité de quelque chose , c’est l’essai randolimé en double aveugle avec tirage au sort. Ce n’est pas une somme d’anecdotes. L’anecdote ou cas clinique est au bas de l’échelle des « preuves » en médecine.
    Je prends un antibiotique et hop mon angine guérit. Donc ça marche. Je connais mon corps. Ca ne marche pas comme ça.

  5. à Philippe Martinez:
    Les statines en prévention secondaire.
    Leur efficacité repose sur des études bourrées de défauts . il faut le lire pour le croire.
    Il n’y a pas d’article de revue qui en traite in extenso, c’est trop long.
    POur les anciennes études sur les statines, qui traitent de la prevention secondaire, vous pouvez lire l’analyse critqiue qu’en fait De Lorgeril dans l’un ou l’autre de ces ouvrages, le second intégrant plus d’études (voir leur situation dans la table des matières) .

    Le premier est celui qui m’a converti alors que (médecin interniste) je m’interrogeais sur traiter ou pas mon hypercholestérolémie famlliale malgré des parents octo/nonagénaires.

    Je dois dire que lisant celà à l’epoque ou j’avais été outré de voir les mensonges et fraudes volontaires autant qu’éhontées des auteurs et fabricants sur les antiinflammatoires anti Cox 2, publiées dans les meilleures revues internationales et affublées d’éditoriaux dithyrambiques, de Lorgeril a participé à l’ouverture de mes yeux.

    Comme il est démontré ailleurs (lire les qrticles de JP Ioannidis de Sanford) comme a écrit une an cienne redactrice en cher du New England Journal of Medicine, on ne peut se fier à ce qui est publié parce que c’est publié et même dans le nec plus ultra de la presse medicale. Il faut décortiquer et très peu le font.

    https://www.furet.com/fr/dites-a-votre-medecin-que-le-cholesterol-est-innocent-il-vous-soignera-sans-medicaments-2752730.html

    https://www.furet.com/fr/cholesterol-mensonges-et-propagande-692381.html

  6. D’accord avec l’article jusqu’aux statines.
    Cette article reproduit la très grave confusion de ne pas différencier la prévention primaire et la prévention secondaire, dans ce dernier domaine, la balance bénéfice/risque des statines montre un profil favorable très bien documenté (alors que c’est n’est pas le cas en prévention primaire).
    Merci pour vos chroniques.

    • Cette distinction entre un médicament qui serait efficace en prévention secondaire et qui serait inefficace en prévention primaire n’a, pour un épidémiologiste, simplement pas de sens, c’est ce que dit Michel de Lorgeril dont on ne peut contester la culture et la rigueur scientifique.. Un médicament est efficace ou ne l’est pas, un point c’est tout. Simplement il est plus difficile de faire apparaître son efficacité ou son inefficacité en prévention primaire car le risque absolu est plus faible et il faut investir dans des études avec des populations de très grande taille.Cette distinction entre prévention primaire et secondaire, c’est l’éternelle rengaine qu’on répète indéfiniment pour justifier la prescription des statines. Maintenant si vous me trouvez une étude qui montre l’efficacité des statines sur la mortalité CV, seul critère robuste, je suis preneur. Toutes les études montrent une efficacité jugée sur des indices composites dans les quels on mélange tout. ( mortalité, douleurs, pose de stents, etc…)

  7. Pour l’homéopathie, n’étant qu’une vieille  »patiente » débile mentale et naïve, je ne me risquerai pas à vous narrer des tas de petits et gros problèmes de santé réglés par de BON S médecins homéopathes depuis 72 ans( pas un de ceux qui se disent homéopathes et promettent contre 200 € de faire maigrir par ex. par des tas de cochonneries en les nommant homéopathiques, Paris côté Trocadéro et beaux quartiers)
    En revanche… vous pourriez éventuellement questionner la famille royale anglaise ( saine d’esprit,  » bons pieds et bons z’oeils » , longévité exceptionnelles,) qui elle, par le prince Charles a soutenu l’homéopathie en Grande Bretagne toujours remboursée.
    Sinon votre analyse est très juste bien sûr.. Mon époux est décédé très bien soigné par allopathie… Il y a peu, de mémoire, j’ai dressé une liste de ses remèdes, une douzaine puis stop… tous ont été retirés de la vente, toxiques. Mais chers et remboursés sans mise en cause des médecins et surtout des lobbies .
    Bien cordialement, merci pour vos articles sincèrement appréciés .
    C.L

    • Merci chère Madame pour votre réaction.Le plus important est que vous soyez en bonne santé et tant mieux si c’et grâce à l’homéopathie! Peut-être vous a -t-elle simplement éviter de prendre des médicaments allopathiques qui auraient pu la compromettre.

  8. La médecine dite de prévention est fréquemment un vaste business développé par l’industrie pharmaceutique et une bonne part des médecins. Dans le domaine du cancer l’utilité du dépistage non ciblé est en train de vaciller. La bonne prévention c’est l’éducation aux bons comportements : alimentation, sédentarité, tabac, drogues, sexe etc.

    • « Dans le domaine du cancer l’utilité du dépistage non ciblé est en train de vaciller. La bonne prévention c’est l’éducation aux bons comportements : alimentation, sédentarité, tabac, drogues, sexe etc. »

      C’est curieux que vous vous basez sur des études qui évaluent les risques des pratiques de dépistage non-ciblées du cancer pour prôner une politique globale de prévention dont vous n’évaluez ni les effets, ni le coût.

      C’est malheureusement comme cela que l’ordre moral, sorti par la porte, revient dans un courant d’air par la fenêtre, en mésalliance avec la science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.