28

Médiator, 1500 morts sur ordonnance

Médiator, 1500 morts sur ordonnance

C’est cette semaine que débute le procès du médiator. Procès hors norme, tout est démesuré dans ce procès, le nombre des parties civiles (près de 4500), sa durée (6 mois), le rapport de 677 pages rédigé par deux avocates. Quatorze personnes physiques et onze personnes morales dont les laboratoires Servier et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) seront appelés à la barre comme accusés. Dix ans se sont écoulés depuis le retrait du marché du Médiator. C’était en 2009, soit six ans après l’Espagne et l’Italie.

L’affaire du Médiator, c’est entre 3100 et 4200 hospitalisations pour insuffisance valvulaire, entre 1700 et 2350 chirurgies de remplacement valvulaire et au pire entre 1520 et 2100 décès. Avec le Médiator les laboratoires Servier ont réalisé un chiffre d’affaire de près de 500 millions d’euros et le nombre de patients traités entre 1976 et 2009 est estimé à 5 millions. Le Médiator c’est aussi une affaire qui a l’allure d’un polar médical très sombre. Tous les ingrédients sont présents.

 Le subterfuge : au départ le Médiator n’est rien d’autre qu’un anorexigène. Or à partir de 1995, on commence à connaître les risques d’hypertension artérielle pulmonaire et d’atteinte des valves cardiaques liés aux anorexigènes qui sont alors supprimés du marché. Le Médiator échappe à l’interdit. Ce serial killer avance en effet sous le masque d’autres indications, diabète, dyslipidémie.  Ainsi sa commercialisation continuera en toute légalité pendant plus de 10 ans.

Un lobbying aux pratiques mafieuses, lobbying minutieusement orchestré par Jacques Servier. Celui-ci recevait régulièrement au Cercle Hippocrate, un restaurant privé, tout près de son hôtel particulier à Neuilly-sur-Seine, des responsables politiques, des agents et experts des autorités de santé. Les pots de vins pleuvent : le Professeur Griselli ancien directeur de l’INSERM est rémunéré à hauteur de 90 000 euros par an au titre de consultant. Le Professeur Jean-Michel Alexandre, personnage clé de l’affaire, considéré pendant 20 ans comme l’autorité scientifique incontestable. Il devient à la retraite consultant pour Servier. Activité qui lui rapportera, entre 2001 et 2009, via une société écran 1,1 millions d’euros.

Le combat acharné d’un médecin seul contre tous. Ce médecin pourrait être le héros d’un film de Frank Capra où un homme seul (Gary Cooper) s’en prend aux puissances de l’argent et de la politique. Sauf qu’ici, il s’agit d’une femme Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, spécialiste de l’hypertension artérielle pulmonaire. Le cinéma ne manquera de s’emparer de son histoire sous le titre « La femme de Brest ». Irène Frachon incarne comme Greta Thunberg ces héroïnes solitaires des temps modernes. Il est rassurant que, dans nos sociétés, un individu seul puisse exercer un contre-pouvoir et défier les autorités en place. Irène Frachon lance sa première alerte en 2008 et sort son premier livre clé « Médiator, combien de morts ? ». Son combat ne s’arrêtera pas là et se poursuivra obstinément pour l’indemnisation des victimes. « La citadelle est tombée, mais après on doit se battre maison par maison, victime par victime pour que celle-ci soit reconnue et indemnisée » disait Irène Frachon pendant le tournage de « La fille de Brest ». Ce fut pour elle le combat le plus dur, elle avait en face d’elle une batterie d’avocat, beaucoup d’argent et devait pour chaque victime justifier de tout, certains actes demandés par la défense faisaient perdre un an à la procédure. Son courage et sa pugnacité sont salués par ses amies : « C’est là, dira l’une d’entre elle, qu’Irène s’est montrée le plus incroyable. Certes il fallait du talent pour être lanceur, mais ensuite rester jusqu’au bout avec les victimes, ne rien lâcher… C’est là où elle m’a épatée ».

Il y aura un grand absent à ce retentissant procès, le principal accusé  : Jacques Servier lui-même, décédé en 2014 à l’âge de 93 ans

La leçon du Médiateur sera-t-elle entendue ? Rien n’est moins sûr. Aujourd’hui les statines sont encore prescrites larga manu en France et aux quatre coins du monde. Pourtant le procès à charge contre ces médicaments inefficaces autant que dangereux est maintenant solidement argumenté et justifierait au minimum la nomination d’une commission indépendante pour trancher définitivement la question. Ces médicaments disparaîtront-ils du marché discrètement sur la pointe de pied laissant dans l’impunité leur imposant cortège de complications ? Ou bien le scandale de leur imposture éclatera-t-il enfin à sa juste mesure, celle d’une arnaque planétaire.

Avec les statines l’ordre de grandeur est sans comparaison avec celui du Médiator, le nombre d’individus traités par les statines de par le monde est en effet de l’ordre de 5O millions et le chiffre d’affaire des laboratoires autour de 40 milliards de dollars … 

Laurent Vercoustre

28 Commentaires

  1. Est-il convenable qu’un journal sérieux donne une place de chroniqueur scientifique à un médecin versatile comme le Dr Vercoustre? 1) Celui-ci commence par écrire à propos des statines « le procès à charge contre ces médicaments inefficaces autant que dangereux est maintenant solidement argumenté ». 2) Puis, lorsqu’un commentateur de son blog l’informe que les recommandations officielles sont d’un tout autre avis, il bat complètement en retraite en écrivant : « Après tout j’ai peut-être tort, il faut toujours être capable de douter, sinon on avance pas. Il existe en effet sur le net des sites dangereux qui dénigrent la médecine scientifique! Pouvez-vous m’adresser une ou deux références d’étude sur lesquelles s’appuient ces recommandations européennes ! »

    • Je suis toujours demandeur d’une preuve, lisez les livres de Michel de Lorgeril, allez sur son blog, il apporte des preuves de l’inefficacité des statines, regardez l’excellente émission d’Arte cholestérol le grand bluff, vous y verrez des scientifiques de haut niveau démonter la thèse du cholestérol.
      Si j’ai fait preuve d’une certaine humilité c’est pour obtenir de mon contradicteur des études sérieuses sur l’efficacité des statines Je les attends toujours, merci de me les donner … Dans l’ère post Vioxx plus aucune étude n’ont montré l’efficacité des statines sur la mortalité…
      J’ajoute que l’article sur les recommandations européennes comprenait 66 pages , je dis bien 66 de conflits d’intérêt.Voir lien
      https://michel.delorgeril.info/anticholesterol-injectable/nouvelles-recommandations-europeennes-pour-les-traitements-anticholesterol/

  2. Bravo David S qui soulève aussi l’amalgame avec les statines qui est ici hors sujet
    Dommage l’article sur le Mediator et les corrompus était parfait

  3. Excellent article mais que diable , pourquoi pourfendez vous les statines qui en prévention secondaire cardiovasculaire réduisent siginficativement la morbimortalité cardio-vasculaire , revoyez SVP la littérature à ce sujet avant d’être aussi catégorique
    Dr Wajman Alain Cardiologue ( sans conflit d’intérêt ) Expert Judiciaire

  4. Cette affaire est emblématique du désarroi dans lequel se trouve l’opinion publique, les médias et même le microcosme scientifique. On peut dire à notre époque tout et son contraire, de toute manière les rumeurs vont bon train, attisées par la fascination du pire et l’attrait du scandale !
    Mediator, je connais en tant qu’ancien pneumologue. Je savais comme tout un chacun qu’il s’agissait d’un piètre médicament, potentiellement responsable d’hypertension artérielle pulmonaire. Je n’avais en revanche aucune notion du risque de valvulopathie, démontré bien plus tard (2009).
    Je savais comme tout le monde que ce traitement adjuvant du diabète de type 2 était détourné de ses indications par nombre de médecins, bien souvent avec l’aval si ce n’est sous la pression des patients. Quant aux autorités étatiques de contrôle, elles étaient forcément au courant mais inertes avant le péril, selon leur bonne vieille habitude.
    Aujourd’hui seul Servier serait coupable ? Vaste plaisanterie. Il s’agit d’un problème de société et chacun devrait en prendre pour son grade, sans tabou idéologique.
    Quant à la morbidité du dudit médicament c’est vraiment n’importe quoi. Tantôt on parle de 2000 morts ou plus (Frachon, Hill), tantôt comme vous Laurent Vercoustre de 1500, tantôt de 500 (AFSSAPS), tantôt de 21 (ONIAM), tantôt de 3 (Servier) !
    En réalité, on n’en sait rien et à ma connaissance on n’a fait la preuve à ce jour d’aucun décès direct, sachant que les valvuloptahies du mediator sont souvent réversibles et qu’en vieillissant, surtout si l’on est diabétique ou artériopathe, avoir un souffle au coeur, c’est quasi l’évolution naturelle…
    En définitive, on est en train peut-être de tuer un de nos derniers laboratoires pharmaceutiques sur des arguments foireux et des accusations dignes du moyen-âge. Triste à pleurer…
    http://libertylovers.blogspot.com

    •  » Je savais comme tout un chacun qu’il s’agissait d’un piètre médicament, potentiellement responsable d’hypertension artérielle pulmonaire. Je n’avais en revanche aucune notion du risque de valvulopathie, démontré bien plus tard (2009). »
      L’avez vous dénoncé , Le dr FRACHON l’a fait et compte tenu qu’on mentionne sur sur l’acte de décès  » Arrêt du coeur », combien de médecins ont vérifié l’origine de cet arrêt du coeur, combien de décès dus au MEDIATOR sont passés à travers, « la preuve à ce jour d’aucun décès direct, sachant que les valvuloptahies du mediator sont souvent réversibles et qu’en vieillissant… », savez vous qu’extrêmement rares sont les autopsies en cas de mort dite « naturelle » et que très souvent, même les proches ne se posent pas la question de l’origine de cet « arrêt du coeur », mis à part ceux qui ont déposé plainte, des plaintes ô combien difficiles vu le nombre d’embûches et artifices juridiques que SERVIER a utilisé pour nier toute responsabilité. Non mais, les familles ou patients sont donc des menteurs et le labos des philanthropes ?
      Vous devriez faire une pétition pour élever une statue à SERVIER, sauveur des diabétiques….

  5. On comprend mieux le pourquoi du déremboursement de l’Homéopathie, elle ne rapporte rien. La « science » a tranché.

  6. oui, sauf que le Médiator n’a jamais été prescrit comme anorexigène pendant de longues années, qu’on a remarqué sa parfaite tolérance aux posos préconisées ( 1 à 3 par jour) jusqu’au jour où les anoréxigènes ayant été retirés du marché, dont le dernier, l’isoméride , de Servier justement, qui provoquait de graves hypertensions pulmonaires. Comme on s’était aperçu qu’il avait un PETIT effet anorexigène, il a été prescrit illégalement comme tel par certains , dont des « obésologues » peu scrupuleux qui n’ont pas hésité à le prescrire à des posos plus élevées.C’est ajouté à ça le fait que certains , ou certaines , patients (tes) faisait le tour des confrères locaux sans dire qu’ils en prenaient déjà, afin de maigrir plus vite, et à cela s’est ajouter le fait qu’à la sécu on n’a rien vu de ces multiples ordonnances chez des personnes non diabétiques de surcroît.
    Ce qui pouvait arriver arriva.
    Si je vais chez un garagiste pour acheter une voiture afin de faire du cross, qu’il me vend une twingo pour ça, qu’elle casse forcément, qu’éventuellement je me blesse , faut-il poursuivre Renault pour tromperie aggravée ?
    J’ajoute pour finir que Servier rappellait qu’on ne devait pas prescrire le médiator hors indication et à plus de 3 par jour

    • GERARD MOREL :C’était un anti diabéte ? Connaissez vous une personne qui ait été guéri de cette maladie par ce médicament ?
      Je vous livre un extrait de Wikipédia ( sur l’affaire du Médiator) :
      « Le 21 septembre 2011 Jacques Servier est mis en examen pour tromperie et escroquerie en raison de la commercialisation d’un médicament présenté comme un antidiabétique, alors qu’il s’agissait essentiellement d’un anorexigène de nature amphétaminique, ce qui permettait de bénéficier de la prise en charge par l’Assurance maladie et les mutuelle  »
      >>> anorexigène de nature amphétaminique. Faut-il s’étonner que des médecins l’aient prescrit dans un but de faire maigrir. S’il faisait autant de dégâts sur des personnes sans diabète simplement obèse ou en surpoids mais en bonne santé relative quels catastrophiques effets faisaient t’ils sur les vrais malades !!! C’est un peu comme les statines en prévention primaire dont l’es autorités » médicales s’accordent maintenant à dire que c’est inefficace et inutile, mais que ce serait efficace en prevention secondaire (?) On marche sur tête, si c’est pas bon pour quelqu’un en bonne santé c’est pire pour un malade !
      Anecdote : Un jeune parent par alliance en a pris pendant quelque temps prescrit par son médecin de l’époque pour un problème de surpoids , il en est résulté d’ hypertension et d’autres désagréments. heureusement il a vite compris et a arrêté, intelligent, il a compris le piège … il est toujours en surpoids mais les effets néfastes se dont arrêtés.

      • INOXYDABLE : parce qu’avec les autres anti-diabétiques, on guérit du diabète ? Et quelle référence médicale, « wikipédia » !!!

    • Dès la sortie du Médiator (1976), notre chef de service nous a mis en garde contre ce nouveau « médicament qui n’est autre qu’un anorexigène comme son nom Benfluorex le montre ». Je n’en ai jamais prescrit.
      Les grands absents dans ce procès sont les prescripteurs eux-mêmes!

  7. Pilotes américains : Mediator ou Ordinator(Fenozolone) ??
    J’ai fait mon premier remplacement en 1979;le médecin que je remplaçais n’était pas un grand scientifique ,mais un clinicien extraordinaire.
    Parmi les premiers conseils qu’il me donnait il y avait : »jamais de Mediator à mes patients ,c’est de la M….. »

  8. Au secours, le délire antistatine continue
    Pour info les dernières recos européennes cardiologique viennent de sortir et confortent bien entendu la place des statines au niveau 1 a, et ,contrairement aux quelques originaux qui remettaient en cause le rôle du cholestérol, la cible de Ldl à atteindre chez les patients à risque est passée de 0.7 à 0.5g/l en associant aux statines si besoin de l’ezetimide, et si besoin des inhibiteurs des Pcsk9 non encore commercialisés en France
    Il ne faut pas confondre les lanceurs d’alerte comme Mme Frachon et les charlatans ou les mythomanes qu’on rencontre beaucoup plus souvent
    Il faut aussi se poser la question de la responsabilite des diffuseurs de fake news dans le grand public

    • Cher David, je ne doutais pas que nous allions nous retrouver ! Après tout j’ai peut-être tord, il faut toujours être capable de douter, sinon on avance pas. Il existe en effet sur le net des sites dangereux qui dénigrent la médecine scientifique! Pouvez-vous m’dresser une ou deux références d’étude sur lesquelles s’appuient ces recommandations européennes ! je vous en remercie par avance.

      • Oui, une ou deux références indépendantes des firmes pharmaceutiques tant qu’à faire… La tendance 2019 prônée par l’ESC, Schiele et consort de tendre vers un LDL indosable n’a qu’un seul but lamentable, pousser les ventes des combinaisons statines + ezetimibes encore parfaitement brevetées et faire décoller les ventes d’anti-PCSK-9 dont personne ne veut.
        Peut-être que David pourrait pour finir nous parler des formidables résultats cliniques obtenus avec les Ac anti-CETP, pour que la journée passe plus vite…

      • Voilà la bonne question! des références svp! des preuves de l’efficacité et de l’innocuité des statines! mais que voit-on? un dogme simplement, avec de faux arguments dogmatiques… Mais un dogme dangereux ! qui mérite d’aller faire un tour salutaire dans les livres de M de LORGERIL !!

    • Dans les commentaires, deux m’interpellent: mediator aurait causé des préjudices uniquement dans le domaine de l’obésité. Je n’ai pas cette notion. L’agressivité irrespectueuse contre les scientifiques anti statines. Ce n’est pas digne d’un débat sérieux. On comprend mieux pourquoi des drames sanitaires se retrouvent devant la justice.

    • @ David S. C’est vous qui parlez de « fake news » ? Mais bon sang, qui vous paye pour ça ! Si vous aviez un once d’honnêteté vous ne pourriez qu’être d’accord avec le billet :
      https://michel.delorgeril.info/anticholesterol-injectable/nouvelles-recommandations-europeennes-pour-les-traitements-anticholesterol/
      Mais bien sûr, admettre qu’on s’est fait avoir pendant des années, c’est très dur, lire les études qui dénoncent les méfaits et l’inutilité des statine demande de savoir lire et d’avoir un esprit critique ouvert, tout peut se critiquer mais être un perroquet savant, c’est plus facile.
      Au fait, en France on ne peut pas faire de « class action » comme aux U.S.A contre les empoisonneurs médico pharmaceutiques et les média à la botte se garde bien de relayer ces études .
      Croyez vous sincèrement que le Dr Vercoustre, le Dr Michel de Lorgeril, le Pr Even , le Dr Uffe Ravnskov et tant d’autres , lanceurs d’alerte eux aussi aient des intérêts financiers ou des conflits d’intérêts en dénonçant la malfaisance de ces médicaments anti cholestérol ? Leurs livres sont plutôt confidentiels et distribués par de modestes éditeurs, vous ne le trouverez jamais en tête de gondole dans les supermarchés du livre comme ceux de plusieurs médecins médiatiques ou télévisuels faisant le « clown »pour vendre leur camelote bien lissée . Ce serait plus facile pour ces médecins et chercheurs courageux de brosser les « autorités sanitaires  » et Bigpharma dans le sens du poil … ça leur rapporterait bien plus de pognon et de misérable notoriété.
      Alors, même si on est « encore un peu » en pays libre et qu’on peut encore s’exprimer sans froisser les politiques et leurs amis sponsors ainsi que leurs « Experts » bien dépendants, de grâce, arrêtez de nous bassiner avec vos » recommandations officielles » et sortez nous quelques références récentes indépendantes des firmes pharmaceutiques comme vous l’a écrit Vincent Reliquet. N’ayez pas peur, ça ne nous fera que très peu de lecture. Merci

      • Bonjour, il y a des études qui montrent l’efficacité des statines en prévention secondaire, par exemple SPARCL après avc (je suis neurologue). L’efficacité est modérée (20%de RR en moins, 3.5% en absolu), mais sur une population importante, cela peut représenter beaucoup d’événements vasculaire en moins.
        Sinon voir les synthèses de la revue prescrire, qui ne nie pas la place des statines en prévention secondaire, moyennant certaines précautions, et on ne peut certainement pas accuser prescrire de collusion avec les laboratoires!

        • Il est stupéfiant qu’un neurologue puisse encore défendre SPARCL en 2019, l’étude est négative, p=0,05 et non <0,05.
          Ce travail est bidonné comme jamais, allez voir les tables, il y a plus de myalgies sous placebo que sous atorvastatine 80 mg, il faut sacrément travailler son data pour obtenir un résultat pareil.
          Dernier élément qui devrait faire réfléchir tous les médecins qui se croient l’obligation d’infliger une statine en post AVC/AIT à ses patients: il y eu plus de décès dans le groupe statine que dans le groupe placebo. Par pitié Martinez allez lire SPARCL dans le corps du texte et pas dans sa conclusion, aux ordres du sponsor qui l’a commandé….

        • @ MARTINEZ. Bonjour, Docteur; pour ma part je ne suis pas médecin juste un ancien intoxiqué gravement aux statines et qui, pour les avoir abandonné depuis maintenant 9 ans vis toujours et suis en forme! C’est pourquoi je suis les conseils du Dr Michel de Lorgeril contenu dans ses billets et livres et vérifie scru-pu-leu-se-ment les études qu’il cite dans ses livres et billets, et, père d’un scientifique chercheur qui m’a donné la marche à suivre, j’en vérifie bien d’autres et jusqu’à présent, je n’en ai pas trouvé qui aient donné tort à Michel de Lorgeril.
          Je vous livre ici le lien sur son billet datant de 2014 dont vous pourrez apprécier la pertinence ou en relever les erreurs, voir aussi les commentaires.
          Bonne lecture.
          P.S. Notez bien que je ne mets pas en doute votre compétence, mais si la revue prescrire est un bon relai d’informations médicale, son directeur M. Toussaint, ne semble toujours pas avoir bien intégré la problématique du cholestérol et des statines. Bien à vous.

  9. Petit complément d’info d’un dynosaure de la profession retiré des voitures.
    Jean Servier, docteur en médecine, a acheté en 1954 une fabrique de sirop. Il a fini par devenir le président du puissant Syndicat National des Industries Pharmaceutiques, à ce titre décoré de la rosette de la légion d’honneur. La France était alors le leader mondial des laboratoires qui finançaient totalement la presse médicale française alors très florissante. La notion de conflit d’intérêt nous était inconnue, et nous étions dressés dès nos études à être dépendants toute notre vie professionnelle des laboratoires.
    Pas de quoi se vanter, j’en conviens 1000 fois !

  10. Voici ce que je viens d’écrire sur le sujet et qui sera publié demain sur Exmed à https://www.exmed.org :
    _____________________________
    D’où viennent les médicaments ?


    La grande émotion du procès du Médiator ne doit pas cacher le dessous des cartes. Le public sait peu comment naissent les produits vendus par l’industrie pharmaceutique. Chaque laboratoire achète un portefeuille, au départ très limité, de molécules déjà existantes avec tous les droits d’exploitation. Ainsi un amphétaminique utilisé au départ comme antisommeil par les pilotes américano-britanniques allant bombarder l’Europe, puis par les étudiants de ma génération préparant l’internat, a fini par être proposé comme, incroyable présomption, « le premier médicament étiologique du diabète gras» par le laboratoire Servier. Raisonnement : en coupant l’appétit, la quantité de glucides ingérée diminue, et le pancréas a moins d’insuline à fabriquer. De là à ce que des plumes prescriptrices complaisantes se laissent aller à aider les dames élégantes à pouvoir rentrer dans leur maillot de bain l’été arrivant, le pas a été franchi.


    François-Marie Michaut Coup d’Oeil d’Exmed 25-26 septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.