12

Immigration, le faux débat

Lundi dernier s’est tenu le débat sur l’immigration à l’Assemblée nationale et mercredi au Sénat. Débat de pure forme puisqu’il n’a été sanctionné par aucun vote. Comme le clamait Mélanchon au Palais Bourbon pourquoi remettre sempiternellement sur le tapis le problème de l’immigration. D’autant que si l’on regarde de près et qu’on s’en tient aux conclusions des spécialistes de la question, la crise migratoire est un pur fantasme.

Il est faux en effet de parler de crise migratoire. La France n’a pas été touchée par la crise migratoire de 2015, ou bien peu comparée à l’Allemagne et l’Italie. Depuis 2015, les flux d’arrivée n’ont pas connu de hausse significative et aujourd’hui le flux migratoire n’a jamais été aussi bas. Il y a bien eu le phénomène des campements sauvages à Calais, Grande-Synthe ou Paris. Il s’agit donc plus d’une crise de l’hébergement d’urgence que d’une crise migratoire. Pourtant le sujet de l’immigration est resté continuellement central dans le débat politique. En réalité au regard des chiffres la France n’est pas clairement confrontée à une arrivée massive de migrants.

Le sentiment d’une crise migratoire tient au fait que les Français descendants de l’immigration issue des anciennes colonies françaises sont vus par une grande partie de leurs concitoyens comme des immigrés. Alors qu’ils sont issus de deux générations nées en France et sont pour nombre d’entre eux parfaitement insérés en politique, dans les médias, dans le monde de l’entreprise ou dans la fonction publique.

Ainsi quand une certaine opinion prétend qu’il y a « trop d’immigrés », c’est à cette part visible de population de couleur qu’elle s’en prend. C’est la conviction pour certains de nos concitoyens qu’il y aurait trop de personnes arabes ou de noirs en France. Ce qui est en cause, c’est donc la diversité raciale au sein de la Nation. L’opinion majoritaire se montre incapable d’une représentation de la nation laissant place à la diversité des origines et des cultures.

Nous ne vivons donc pas une crise migratoire mais une crise de l’identité nationale. Cette crise se déploie depuis trois décennies et rebondit aujourd’hui faute de réponse politique. Aucun parti n’a le courage de faire admettre que la diversité ethnique est aujourd’hui une réalité. La société française devient de plus en plus visiblement diverse non pas du fait d’un flux migratoire. Car les statistiques montrent que du fait des décès et des départs et de l’augmentation de la population dans son ensemble, la part de la population issue de l’immigration reste stable depuis près d’un siècle.

Le phénomène nouveau c’est la visibilité de ces populations immigrées. Plus elles s’insèrent plus elles deviennent visibles. Les enfants et les petits enfants des primo-arrivants sont maintenant insérés dans la société et par conséquent plus visibles. Et plus ils sont visibles et plus le sentiment d’invasion se répand. Les travailleurs immigrés des années 70 qui vivaient dans des bidonvilles ou dans des taudis et travaillaient à l’usine étaient particulièrement invisibles

On se demande pourquoi le gouvernement agite encore ce problème de l’immigration. Il faut souligner que les Français qui ont participé au grand débat décidé par Emmanuel Macron pour sortir de la crise des gilets jaunes n’ont pas fait de l’immigration ou de l’identité nationale leur priorité. Il n’est pas certain que ces sujets soient aussi centraux que l’affirment les politiques ou les journalistes.

L’opposition à l’immigration fait recette électoralement alors même que les flux migratoires sont déjà réduits au minimum. Les partis populistes en réveillant les peurs et en flattant les bas instincts de la nation obtiennent un incontestable succès dans nombre de pays européens. L’immigré fait figure de bouc émissaire et c’est lui qui est tenu responsable de tous les maux des pays occidentaux. Chez nous la crainte de voir Marine Le Pen gagner la future élection présidentielle fait trembler notre président.

Le « et en même temps » si familier d’Emmanuel Macron s’adresse maintenant à la crise migratoire. Macron demande à la fois davantage de fermeté sur les reconduites et plus d’humanité quant à l’accueil. La France mérite mieux que ce discours ambiguë. Il temps qu’un homme politique ait le courage d’énoncer un discours de vérité. Ce qui fait depuis toujours la grandeur d’un homme politique c’est sa capacité à dire vrai. Ainsi pour Michel Foucault, « rien n’est plus inconsistant qu’un régime politique qui est indifférent à la vérité (…), la tâche du dire vrai est un travail infini : la respecter dans sa complexité est une obligation dont aucun pouvoir ne peut faire l’économie. Sauf à imposer le silence et la servitude. » Affirmer la multi culturalité et la variété ethnique non seulement comme une réalité mais comme une richesse désirable pour notre pays, comme un facteur de renouveau de notre société plutôt qu’un facteur de déclin, voilà le discours dont aucun homme politique n’a été capable. L’unité et l’identité nationale ne se font pas sur des considérations ethniques mais sur l’adhésion des individus aux valeurs républicaines. Ce sont vers ces valeurs républicaines qui font la grandeur de notre pays qu’Emmanuel Macron devrait se tourner et non vers la prochaine échéance électorale.

Laurent Vercoustre

12 Commentaires

  1. Celà se voit que vous ne prenez ni les bus, ni le métro, ni le RER , sinon vous vous rendriez compte du fait concret de l »augmentation exponentielle de la population immigrée très majoritairement d’origine arabo-africaine, et ceci est vérifiable chaque jour sur le terrain de la vraie vie en ile de France,
    mais sans doute qu’en province cette situation est plus diffuse pour l’instant….Nier ces faits vérifiables est une erreur d’observation.

  2. Pourquoi les émigrants italiens, polonais, arméniens, russes (blancs), espagnols, portugais se sont-t-ils rapidement totalement intégrés et ne posent aucun problème ? Ce qui n’est pas le cas des populations maghrébines et sub-sahariennes majoritairement de confession musulmane.

  3. Bravo pour cette tribune.
    Il y a effectivement un décalage entre la vie réelle (écoles, bars, clubs de sport, commerce, industrie etc) où l’intégration est déjà là et le bruit médiatique qui ne relaie que les faits divers, les transgressions en tous genres pour « attirer l’attention » et vendre du temps publicitaire….ce n’est pas vendeur de dire que notre société est ouverte, demandeuse de diversité, de tolérance.

  4. Promener vous dans les rues de Limoges. Depuis ces dernières années une augmentation considérable de population afro-maghrébine dont l’âge confrme qu’elle ne vient pas de naitre de la population immigrée antérieure.

  5. Valeurs républicaines à respecter et encourager : nos discours politiques depuis 1944 ne cessent de le répéter en France.
    En oubliant ( loi de 1905 oblige) de rendre à César ce qui n’appartient qu’à lui.
    Ce sont les valeurs empruntées à la Bible (ayant accouché par son rayonnement des 3 grandes religions monothéistes) qui ont été « empruntées » par la République sans citer ses sources, la coquine !

  6. Ce commentaire mériterait de s’appuyer sur des chiffres : Plus de 250O00 nouveaux arrivants par an , dont beaucoup de musulmans , pendant que les jeunes diplômés , français de souche , vont s’installer aux USA ou en Grande Bretagne . Assez d’angélisme , SVP …

  7. Pas d’accord du tout. Entre autres choses le multiculturalisme est un morcellement, une division. Il suffit de voir, par exemple, que l’islam, qui est en même temps une culture, une religion et un mode de vie, ne peut en aucun cas nous enrichir. En France, ne vous déplaise, d’abord notre culture, notre histoire, nos coutumes si nous voulons rester Français. « Un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir «  Churchill.

    • Très juste et considérer que les Français sont dégénérés comme semble le croire Gérard Depardieu par ex., voire les médias ou les intellos dits de gauche voire certains de droite ou du centre (mou) et qu’ils ont besoin de sang neuf c’est laisser penser que la France est juste un territoire à conquérir et que la culture Française, qui a éclairé le monde au siècle de « lumières » par ex., doit être céder la place aux énergumènes fanatiques de la radicalisation islamique .. l’actualité nous montre ce que ça donne, que d’innocents qui sont tués;
      Qu’on s’intéresse à la culture des autres est un signe d’intelligence mais que la notre soit phagocytée par celle de ceux qui n’ont aucune envie de s’intégrer, relève d’ un génocide culturel, voire plus.

  8. Merci pour votre analyse; et si le problème était l’adhésion aux valeurs républicaines et laïques de ces français issus de l’immigration (comme moi)?même si le flux migratoire est au plus bas, pourquoi « accueillir » encore des migrants de si mauvaises conditions? est-ce plus digne que de les ramener dans leur pays? A moins que le but soit de sous payer ces populations à faire les « basses besognes »; ces gens ne voudront pas adhérer à nos valeurs et nous mépriseront.

  9. Trés bien Laurent !
    Dire le vrai c’est être juste . Les égyptiens avaient dans leur panthéon la déesse Maat https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%A2t qui faisait contre-poids au coeur du défunt. Elle est le symbole de la justice et de l’équité.
    Pratique la justice et tu dureras sur terre.
    Apaise celui qui pleure ; n’opprime pas la veuve ;
    Ne chasse point un homme de la propriété de son père ;
    Ne porte point atteinte aux grands dans leur possession ;
    Garde-toi de punir injustement.
    — François Daumas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Laurent Vercoustre ne répondra pas aux commentaires anonymes.